http://www.habiter-autrement.org News > Genre habitat  >Vos commentaires sur cette page

Tendances


 


Précédente Accueil Remonter Suivante
 

   

La CHARTE EUROPEENNE DES FEMMES DANS LA CITE

La Cité, la Citoyenneté et le Genre
Vers un "Droit à la Cité pour les Femmes"
Pour une démocratie paritaire visant à l'amélioration du cadre de vie
Une plateforme commune de réflexion

PRELIMINAIRE
Cette Charte est envisagée comme une démarche permanente et ouverte d'analyse contenant une série de propositions concrètes susceptibles d'être mises en oeuvre afin de prendre en compte et de favoriser une citoyenneté plus active des femmes dans les domaines de l'aménagement du territoire et dans la Cité.

Il est posé comme préalable que l'intérêt des femmes en tant que tel n'existe pas, mais que les femmes peuvent jouer un rôle de catalyseur dans le processus de changement et d'amélioration du cadre de vie de toutes.

LES OBJECTIFS DE LA CHARTE
La proposition d'une "Charte des Femmes dans la Cité" vise à l'élaboration d'une nouvelle philosophie de planification urbaine, susceptible d'alimenter de façon constructive un véritable débat démocratique intégrant les besoins et les attentes différenciés des citoyens et des citoyennes. Les efforts de revitalisation de nos cités doivent converger vers l'émergence d'autres priorités politiques et économiques allant vers plus d'harmonisation sur le plan social. L'enjeu est de reconstruire des lieux et des liens de cohésion sociale permettant l'égalité des chances entre les femmes et les hommes, tant en milieu urbain que rural.

Cette Charte vise essentiellement à promouvoir une société plus émancipée, libérée des stéréotypes contraignants qui freinent toute évolution favorable aux femmes en matière d'aménagement et de services urbains, d'habitat, de sécurité et de mobilité.

Il convient dès lors de penser et de remodeler la Cité à travers le regard des femmes afin de lui apporter de nouveaux équilibres et une autre dimension.

Vers une nouvelle philosophie de la Cité
Changer les démarches, changer les mentalités
Pour y parvenir il convient de:

• Lever les obstacles qui font que les femmes n'ont pas encore pleinement "Droit à la Cité".

• Sensibiliser à cette problématique l'ensemble des systèmes d'acteurs actuellement à l'oeuvre qui décident dans les domaines de l'aménagement du territoire, de l'habitat et du cadre de vie.

• Promouvoir une revitalisation et un renouvellement démocratique des prises de décision en matière d'aménagement du cadre de vie et de planification urbaine, par l'entrée des femmes dans toutes les instances et à tout niveau de concertation et de décision.

• Faire émerger un nouveau souffle, une nouvelle dynamique de responsabilisation sociale, par une "citoyenneté active" susceptible de rapprocher les décisions de la base et des préoccupations quotidiennes des citoyennes.

• Favoriser le développement d'une autre philosophie de planification urbaine et de l'aménagement du territoire focalisée sur les valeurs humaines.

• Tenter d'impulser une dynamique du changement bénéfique à l'ensemble d'une société devenue "plurielle".

LA DIMENSION DU GENRE DANS UNE SOCIÉTÉ PLURIELLE
La prise en compte des rapports historiques et socioculturels entre les femmes et les hommes est essentielle pour amorcer ce changement.

Elle nécessite à terme:

• L'instauration de la parité dans les instances de décision pour assurer l'égalité des chances entre les femmes et les hommes.

• L'élaboration d'une nouvelle culture commune partagée par les hommes et les femmes, dans laquelle les études et les préoccupations liées à la dimension du genre constituent la partie centrale du renouvellement intellectuel.

• L'équilibrage de la vision masculine avec l'apport de la vision et de la perception féminines en tant qu'éléments novateurs capables de ressourcer la dynamique urbaine.

Citations:

"Pour arrêter la descente aux enfers, il faudrait que nos sociétés débattent de leurs devenirs possibles, des choix qui s'offrent et donc des priorités. Cela implique que nous réfléchissions au sens plus qu'aux moyens et que les valeurs - autres que marchandes - morales, éthiques, humaines, retrouvent une place première."

(Michel Beaud, Professeur d'économie à l'Université de Paris VII - Le Monde 6.9.1994)

 

"Les femmes sont attentives au fonctionnement concret des choses. Par exemple pour les aménagements piétonniers je vais voir moi même comment ça se passe. La plupart du temps les ingénieurs sont des hommes et ils raisonnent avec des chaussures d'hommes. L'aménagement d'une ville, si on veut qu'elle soit accessible et confortable pour tout le monde, eh bien alors, il faut penser que les femmes n'ont pas toujours des chaussures plates. Si pour une femme le revêtement est confortable cela veut dire aussi qu'une personne handicapée peut circuler sans avoir des ruptures de niveau, des difficultés. Ce que j'essaie de faire au niveau politique c'est de partir de la situation concrète des gens. La situation des femmes m'importe dans ce sens là, dans la variété de situations pour les femmes"...

 

"Il ne suffit pas de revendiquer la parité ou l'égalité; il faut aller la chercher et les femmes sont capables de le faire. Je pense que c'est très important parce que je suis convaincue que les femmes dans leur manière de travailler en politique cherchent toujours des solutions alternatives plutôt que les rapports de force".

(Catherine Trautmann, Maire de la Ville de Strasbourg interview Véronique Degraef 1994)

 

"Qu'il y ait une généralité de la condition féminine ne devrait être qu'un levier pour permettre à chacune de dire sa singularité. Et ce dire n'est pas plus "homme" que "femme", il ne se généralise pas, il est spécifique et incomparable; et, comme tel, seulement, une innovation, un apport éventuel à une civilisation lucide et consciente de ses contraintes ..."

(Julia Kristeva - Les Cahiers du Grif - Groupe de Recherche et d'Information Féministes - 1975)

•••••

Énoncé de la problématique
"la ville est une mémoire organisée"
"les femmes sont les oubliées de l'Histoire"
(citation de la philosophe Hannah Arendt)

parce que

les femmes sont absentes ou particulièrement invisibles à tout niveau de décision ayant trait aux choix qui créent et gèrent la Cité, l'habitat et l'aménagement du territoire. Parce qu'elles sont encore très peu partie prenante dans les colossaux enjeux politiques, économiques et sociaux existants en la matière. Parce que leurs besoins spécifiques ne sont guère pris en compte dans les programmes, car bien éloignés des intérêts des décideurs omniprésents;

parce que

le cadre de vie dans la Cité - à l'échelle du quartier, du logement - influence et marque fortement le quotidien de ses habitantes et particulièrement des femmes, ces dernières assumant souvent une double journée de travail, ce qui les rend encore plus largement dépendantes de la qualité des services urbains et des choix réalisés en matière de transports et d'environnement;

parce qu'

il y a une double exclusion de la plupart des femmes en tant qu'usagères de la ville et en tant que conceptrices de projets urbains et d'habitat;

parce que

pour "être citoyenne" il faut être de quelque part et que ce lieu de vie, loin d'être neutre, conditionne par sa nature et sa qualité l'exercice de cette citoyenneté. Parce qu'actuellement encore, et, depuis toujours, les règles du jeu ainsi que les priorités, les décisions politiques et budgétaires en particulier, sont définies essentiellement par les hommes, persuadés, d'ailleurs d'oeuvrer dans l'intérêt de la population dans son ensemble;

parce que

les femmes sont les plus discriminées en matière d'emploi, qu'elles constituent la population relativement la plus pauvre et qu'elles subissent le plus fortement les effets des dysfonctionnements des cités pour ce qui est de l'accès au logement, de l'insuffisance de mobilité et surtout de la violence dont elles sont encore les principales victimes. Ces raisons font d'elles la population la plus concernée par l'amélioration du développement urbain comme de l'aménagement rural;

parce que

la planification urbaine ne prend en compte qu'un modèle de famille nucléaire où la femme est assignée à la vie domestique alors que l'homme est seul à travailler à l'extérieur. Ce modèle, qui a figé les stéréotypes sociaux, est en régression depuis des décennies et ne représente plus aujourd'hui qu'une minorité de familles, faisant place à de nouveaux types familiaux que l'urbanisation n'a su ni voir ni prendre en compte, créant ainsi des dysfonctionnements et de nouvelles tensions sociales;

parce que

bien des cités d'Europe comme d'autres continents sont en crise et font courir de graves dangers pour l'équilibre et la paix sur le plan social. Cet état de fait est dû à la complexité des problèmes qui doivent être traités dans leur globalité. L'obsolescence des théories et des méthodes en urbanisme bloque toutes évolutions et innovations nécessaires, génère et perpétue le syndrome de crise des cités. La Charte d'Athènes de Le Corbusier découpant la ville en zonages monofonctionnels, a introduit des perversités et provoqué au fil du temps des troubles graves. Les quartiers en crise ou dits "sensibles", l'exclusion sociale en sont les résultats tangibles, tout comme les coûts sociaux et économiques dus aux déplacements professionnels produits par l'éloignement du lieu d'habitation des lieux du travail rémunéré. La pollution et les engorgements des villes sont aussi les effets résultant de ces choix urbains. Ils ont de graves conséquences sur la qualité de vie des citoyennes et constituent un lourd handicap pour l'avenir des cités qu'il convient de lever dès à présent;

parce que

les villes doivent maintenant relever des défis majeurs et sans précédent afin d'atteindre les objectifs suivants: prendre en compte la préservation de l'environnement et assurer un développement durable, promouvoir une meilleure qualité de vie pour tous et toutes avec plus d'équité, remédier aux dysfonctionnements urbains et lutter contre l'exclusion, construire une démocratie plus active et mieux équilibrée, dans une société devenue plurielle, où les femmes sont partout au coeur du débat.

Une démarche nouvelle et des changements structurels fondamentaux se révèlent dès lors incontournables, si l'on veut envisager la conduite d'une politique d'aménagement des cités européennes capable de faire face à ces défis. En tout état de cause, ils ne pourront être relevés sans l'apport des femmes, par légitimité démocratique, d'une part, et en tant que source de renouvellement essentiel de la dynamique urbaine, d'autre part.

La Charte Européenne des Femmes dans la Cité doit
contribuer à des choix plus équitables envers les femmes 
en matière de planification urbaine, de sécurité, de mobilité et d'habitat
diminuer les exclusions et les discriminations
favoriser une plus grande participation des femmes

 

<<<<<<<<<<<<<  II  >>>>>>>>>>>>>
La Charte: déclaration en 12 points

<<<<<<<<<<<<<  III  >>>>>>>>>>>>>
5 Thèmes prioritaires

<<<<<<<<<<<<<  IV  >>>>>>>>>>>>>
Le Catalogue des Actions Positives

<<<<<<<<<<<<<  V  >>>>>>>>>>>>>
ANNEXES

 

BELGIQUE:  City & Shelter / Roland Mayerl
FRANCE:  GROUPE CADRE DE VIE 
GERMANY: FOPA -Dortmund Ursula Heiler
Adlerstrasse 81 D-4600 Dortmund Tel: (49-231) 143329    Fax: (49-231) 162174
GREECE: PRAXIS   Annie Vrychea
Gioni 8,  GR-Athens 117 42 Tel: (30-1) 928222   Fax: (30-1) 9228234
THE NETHERLANDS:  SEIROV/NIROV    Liesbeth Ottes
postbus 30833  NL-2500 gv den Haag  Tel: (31-70) 3469652  Fax: (31-70) 703617422

Scientific committee:
BELGIUM: Eliane Gubin
CANADA/QUEBEC: Odette Isabel
FRANCE: Jacqueline Coutras
GREECE: Dina Vaiou
ITALY: Bianca Beccali
NORWAY: Alice Reite
THE NETHERLANDS: Marijke van Schendelen

Contact:
City & Shelter: Roland Mayerl 40, rue d’Espagne 
B-1060 Brussels Belgium 
E.Mail:
lreyam  (at)  gmail.com

 

Précédente Accueil Remonter Suivante

up

 Contact pour envoyer votre contribution:  < lreyam <(at)> gmail.com >(fichiers word, pdf, , textes, images, vidéos, références, contacts, bibliographie, lien ... )Précisez bien la page (titre, dossier, adresse URL via "Propriétés" dans votre navigateur)
 
 Vos commentaires :

 





 

up