http://www.habiter-autrement.org News > Colloque 2000 >

Tendances


 


Précédente Accueil Remonter Suivante
n

DES PROJETS CONCRETS
Bourse d'achat
   Colloque Habiter Autrement
  
Louvain La Neuve - octobre 2000
  

La bourse d'achat collectif d'immeubles à Bruxelles

              Aujourd’hui, à Bruxelles, grâce à une initiative de l'échevin de l'Urbanisme, une formule originale permet à des candidats acquéreurs de se rencontrer pour concrétiser leur rêve d'achat d'un logement et, par là même, de tenter de redonner vie à des bâtiments trop vastes pour un seul occupant et initialement destinés à d'autres activités que du logement.

                Ainsi, en juin dernier, la quatrième bourse d'achat collectif d'immeubles se déroulait dans les bâtiments désaffectés d'une ancienne imprimerie. Dans la cour intérieure, une foule hétéroclite composée de jeunes, de moins jeunes, de familles, de francophones, de néerlandophones... Au programme de la journée : la présentation des immeubles mis en bourse, la visite libre des biens à vendre, ainsi que des immeubles témoins déjà reconvertis en logements. Ensuite, la possibilité pour les personnes intéressées de se réunir en fin de journée, afin de mettre en commun leurs impressions, leurs desiderata en termes d'occupation des lieux pour les différents immeubles disponibles et d'échanger des adresses afin de se revoir pour concrétiser un projet.

                Cette année, les immeubles proposés étaient au nombre de quatre : un immeuble de bureaux, un autre datant du 19ème siècle organisé autour d'une cour intérieure, trois maisons de style néo-classique et un complexe de bâtiments s'organisant autour des restes probables d’un ancien couvent.

                L'idée de cette Bourse réside donc dans la réappropriation de bâtiments industriels ou d’immeubles de bureaux qui n'intéressent plus personne pour leur fonction première et qui restent désespérément vides. Cette formule a séduit les candidats acquéreurs ainsi que les propriétaires de sites à l'abandon puisque plusieurs achats collectifs ont abouti, permettant la rénovation et le réinvestissement de 53.000 m².

                L'originalité de cette Bourse réside dans la nécessité pour les candidats acquéreurs intéressés de se mettre ensemble pour monter leur projet. La taille des bâtiments est en effet une composante incontournable qui demande la mise en commun d'énergies. Il est certain que ce travail-là est fastidieux, demande de multiples rencontres, mais cela crée un climat qui rejaillira sur la future cohabitation.

                Pour aider les personnes intéressées, la Délégation au Développement du Pentagone (le service de la Ville qui gère la Bourse) a rédigé un vade-mecum afin d'aider les groupes d'achat collectif à se mettre sur pied et à s'organiser. Comment se répartir les espaces convoités par les uns et les autres? Comment rédiger les actes notariés? Quel financement? Quels travaux entreprendre? Comment rédiger le permis d'urbanisme, compte tenu des travaux envisagés? Quelles primes à la rénovation en fonction du quartier? Tout cela demande bien des démarches auxquelles les futurs acquéreurs ne sont pas toujours familiarisés.

                Marie Demanet, la responsable de la Délégation au Développement du Pentagone, ne nie pas qu'au début il a fallu affronter pas mal de problèmes: «Les notaires, les banquiers, les propriétaires ne sont évidemment pas familiarisés avec ce mode d'acquisition tout à fait original. Dès lors, il a fallu développer de nouvelles formules pour permettre de tenir compte de tous les paramètres de ce type de projets».

               
Une première réalisation
                Vincent Carton (l'inventeur de la Bourse d'achat collectif) et Patrick Crahay se sont lancés dans l'aventure et occuperont leur nouveau logement l'an prochain, si tout va bien, ainsi que les 17 autres acquéreurs du groupe d'achat. Sur le site d’une ancienne imprimerie, 18 logements d'environ 185 m² sont prévus, la plupart avec terrasse. «En outre, nous avons prévu une salle commune à la copropriété d'environ 700 m², un jardin de 500 m2, ainsi qu'un garage à vélos. Notre projet prévoit également 1.500 m² de surfaces économiques. Une des pistes consisterait à développer un partenariat avec une société qui accueille des jeunes entreprises et les aide à démarrer leurs activités. Pour ce qui est des infrastructures communes, nous avons tenu à imprimer une connotation écologique, notamment en convertissant une ancienne citerne de refroidissement des machines en un système d'épuration des eaux de pluie. Sur le toit, nous pensons à une toiture verte qui présente l'avantage de ralentir l'évacuation des eaux de pluie en cas d'orage. En matière d'énergie, nous prévoyons l'installation de panneaux solaires pour la production d'eau chaude sanitaire. Il est prévu que toutes les gaines techniques arrivent en toiture pour permettre la connexion aux panneaux. Dans le permis de bâtir, on a prévu des zones pour les panneaux. La possibilité est offerte à chaque propriétaire de saisir cette opportunité. Les travaux communs doivent s'étaler sur une période de 7 à 8 mois. Il s'agira de l'enveloppe extérieure du bâtiment, de l'apport d'énergie et de l'évacuation des eaux usées pour chaque logement. Ensuite chacun aménagera son logement comme il l'entend.»

                Comme l'ensemble des achats collectifs réalisés dans le cadre de la Bourse, ce projet de la rue du Houblon a nécessité des heures et des heures de discussion avec le propriétaire des lieux, entre les candidats acquéreurs, avec les banquiers, notaire, les entrepreneurs, les architectes. C'est là que réside aussi l'originalité de la démarche : «Nous avons passé du temps pour réaliser ce projet, nous n'agissons pas comme un promoteur classique. A chaque fois, il faut trouver un accord au sein du groupe. Cela crée des liens. Même si nous envisageons notre cohabitation comme une copropriété et non pas comme une communauté».

 Contact pour envoyer votre contribution:  < lreyam <(at)> gmail.com >(fichiers word, pdf, , textes, images, vidéos, références, contacts, bibliographie, lien ... )Précisez bien la page (titre, dossier, adresse URL via "Propriétés" dans votre navigateur)
 

up