http://www.habiter-autrement.org News > Construction >Vos commentaires sur cette page

Tendances

 

Précédente Accueil Remonter Suivante

11-02-2015  

Problèmes d'humidité

 

Quels sont les symptômes d'une humidité trop élevée ?

Plusieurs signes sont révélateurs : la présence de salpêtre (mousse blanchâtre) sur les murs, des décollements de papier peint, d'enduit et de tous les revêtements, en général. Cela se traduit aussi par une odeur de renfermé et de moisi, voire par la présence de moisissure et d'une buée excessive sur les fenêtres. Par exemple, s'il est normal d'avoir de la buée dans une salle de bains quand on sort d'une douche, il faut s'inquiéter si l'on en trouve sur les vitres d'une chambre, le matin au réveil. Pour terminer, votre état de santé peut aussi être un indicateur. L'humidité ne rend pas malade mais elle est un élément déclencheur pour les maladies des voies respiratoires, les problèmes articulaires et les allergies. Pour qu'un intérieur soit sain, l'air ambiant doit contenir entre 45 et 50 % d'humidité. Quand la moisissure apparaît, c'est que ce taux est supérieur à 75 %.

 

D'où provient ce surcroît d'humidité ?

Il existe deux types d'humidité. La première, dite structurelle, provient des murs, du sol ou du plafond. Elle résulte généralement d'infiltrations ou de remontées capillaires (l'humidité contenue dans le sol gagne peu à peu les murs du rez-de-chaussée et des premiers étages). Elle est fréquente dans les bâtiments anciens, mais dans des logements neufs, quand l'étanchéité est mal faite, ou en cas de fuite d'eau. La seconde est l'humidité relative, qui est en fait un problème de condensation : l'air ambiant n'est pas suffisamment renouvelé et l'humidité reste enfermée dans votre logement.

Pour les identifier, il faut savoir que la présence de salpêtre traduit un problème d'infiltration ou de remontées capillaires. En revanche, si vous observez de la moisissure, en particulier dans les angles des pièces, ou sur des endroits frais (carrelage, réservoir de chasse d'eau), c'est que c'est un problème de condensation. Enfin, si vous remarquez des marques orangées, il y a de fortes chances que ce soit une infiltration ou une fuite.

 

Comment en finir avec ces problèmes ?

Surtout, ne cherchez pas à cacher les traces d'humidité sans la traiter, car elle réapparaîtra. Inutile, aussi, d'isoler encore plus votre intérieur, en doublant par exemple votre mur au Placoplatre. L'humidité ne fera que se déplacer. En cas de problème de condensation, il faut faire en sorte que l'air se renouvelle en permanence. Détalonnez les portes afin qu'il circule dans toutes les pièces. Créez aussi des aérations : posez ou faites posez des grilles sur vos fenêtres pour laisser passer l'air. Ensuite, deux solutions s'offrent à vous : soit on crée une surpression grâce à une installation qui va prendre de l'air dehors et le pulser à l'intérieur, soit on crée au contraire une dépression, en installant une VMC (ventilation mécanique contrôlée) qui va aspirer l'air, pour l'expulser à l'extérieur.

Si l'humidité est structurelle, il faudra faire appel à des professionnels pour revoir l'étanchéité des matériaux : murs, toitures, terrasses... Si c'est un problème d'infiltration ou de remontée capillaire, ils pourront procéder à des injections voire à des travaux d'imperméabilisation. Une chose est sûre : quelque soit le problème, ces travaux auront des résultats visibles très rapidement.

http://www.humidexpert.com/ 

 

Restaurer les maçonneries humides et salpêtrées - des produits pour la maison

http://www.weber-broutin.fr/   .

 

 Le procédé terrasane: Le remède est simple et durable 

 

our supprimer l'apparition de taches d'humidité en surface de l'enduit, il faut créer à l'intérieur du sous-enduit un réseau important de canaux qui facilitera l'évaporation rapide de l'eau.

Pour éviter l'éclatement de l'enduit, il faut créer, à l'intérieur du sous-enduit, des réservoirs qui permettront de stocker les sels et de supporter leur expansion.

Pour conserver le fonctionnement des deux principes précédents, l'enduit décoratif choisi doit également permettre les échanges gazeux du sous-enduit avec l'atmosphère.

 

 

Une expérience à Bruxelles: laurent.fontenoy5at°tiscali.be  

Je suis entrain de rénover à Bruxelles la cave d'une maison de ville 1900, sur un terrain humide.

La cave (cuisine à l'origine, comme traditionnellement à Bruxelles) avait été partiellement cimentée, et une ambiance oppressante de citerne y régnait.

J'ai dégagé complètement, jusqu'à la brique, tous les enduits des murs dont la plupart étaient au ciment et certains au plâtre.

j'ai ensuite projeté un gobetit d'un enduit sable et chaux de Boehm, puis des essais d'enduit chaux(la même)/chanvre/ et un peu de sable.

L'atmosphère de la cave s'est fondamentalement améliorée.

L'humidité qui remontait sur toute la hauteur du niveau ( 220 cm) est descendue jusqu'à 40-80cm du niveau du sol au bout de 6 mois, et semble depuis se stabiliser à ce niveau (zone foncée et humide de l'enduit de chaux/sable).

La maison est fondée sur un terrain très humide ( eau à moins de 20 cm du sol de la cave).

Les essais d'enduit de chanvre ont parfaitement séchés jusqu'à cette hauteur variable de 40 à 80 cm. En dessous il reste foncé et n'a séché que médiocrement. Pas d'apparition de moisissure, mais pas de durcissement parfait non plus.

 

------------------------------------------------------ 

Forum   econologie 

Forum France5 Problèmes dhumidité

------------------------------------------------------ 

Problèmes d’humidité

 

Auréoles au plafond, taches sur un mur, papier peint décollé, peinture écaillée.... sont des indices de problèmes d’humidité. Visibles en surface, ces signes constituent souvent les symptômes d’un problème profond qui ne doit pas être traité à la légère sous peine de prendre de l’extension.

 

L’humidité persistante détériore progressivement une maison. Elle menace aussi bien la structure de la construction que son contenu : pourriture de la menuiserie, délabrement de la décoration et de l’ameublement, par exemple. Elle est également nocive pour la santé de ses occupants. Elle favorise en effet le développement des champignons et des acariens et peut causer des affections respiratoires sévères. Alors, surtout pas de cache-misère ! On ne doit pas se contenter de masquer les dégâts apparents d’un problème d’humidité. Un traitement de fond s’impose pour s’attaquer aux causes. C’est la seule façon d’assainir les lieux et donc d éviter que l’habitation devienne malsaine.

 

Les causes de l’humidité peuvent être diverses tout simplement parce que les sources peuvent s’entremêler. L’ identification des dommages localisés doit être rigoureuse pour déceler l’origine exacte du problème, puis déterminer la solution qui supprimera tous les effets. Il convient également de prendre en compte la nature des murs pour définir le traitement le plus adapté, celui qui garantit un bon résultat.

 

La condensation

Si votre maison sent le renfermé, elle a manifestement manqué de ventilation pendant l’hiver et une condensation s’est formée. Il faut commencer par aérer largement et maintenir un courant d’air. Au bout de deux ou trois jours, l’odeur aura disparu. Si des dégâts plus importants sont constatés notamment dans le haut des murs avec du papier peint décollé ou du plâtre moisi la condensation peut être le signe d’une ventilation insuffisante. Le premier réflexe doit être de contrôler l’état du dispositif de ventilation de l’habitation. Les grilles d’aération ne doivent jamais être bouchées, même en hiver, sous prétexte qu’elles laissent passer l’air froid. Au niveau des ouvertures, les orifices dans les dormants de fenêtre doivent être débarrassés des salissures qui peuvent gêner l’aération.

Au besoin, le système de ventilation peut être renforcé avec des mesures contre la condensation. Par exemple, une hotte aspirante peut être installée dans la cuisine pour évacuer les buées. Dans une pièce particulièrement humide, un déshumidificateur peut être utile. Préréglé, cet appareil contrôle l’humidité de l’air et absorbe l’excès pour maintenir un niveau confortable. Il peut réduire l’excédent d’humidité de plus de 65%, ce qui limite les risques de condensation.

 

La condensation peut se manifester par des moisissures. Pour traiter ces taches noires, quelquefois nauséabondes, il faut commencer par dégager les revêtements muraux, gratter tout ce qui s’écaille, nettoyer soigneusement le mur avant de laisser sécher plusieurs jours. Il est ensuite recommandé de renforcer les fonds friables avec un durcisseur de surface à appliquer en une ou deux couches. Ceci fait, le mur est prêt à recevoir une barrière anti-humidité de surface qui empêchera les moisissures de réapparaître. De nouveau, il est indispensable de laisser sécher plusieurs jours avant de repeindre le mur, ou de poser un revêtement mural.

 

Infiltration murale

Quand un traitement de base s’avère inefficace pour faire barrage à l’humidité et que les taches humides réapparaissent, d’autres solutions avec des travaux plus importants existent. Par exemple, dans une maison ancienne dont les murs ne sont pas isolés, les doubles-cloisons représentent une bonne solution si l’humidité est persistante. Une double cloison avec isolation a en outre l’avantage de lutter efficacement contre les phénomènes de condensation.

 

L’humidité dans les murs peut être due à des infiltrations par la façade devenue poreuse. On peut alors tenter de remédier au problème soi-même en réimperméabilisant la façade avec un produit hydrofuge incolore. Il existe des hydrofuges spécifiques pour les différents matériaux, applicables sur les pierres, les briques et les enduits. En même temps, on profitera pour vérifier l’état du revêtement. Au fil du temps, des fissures peuvent apparaître dans la façade et les joints s’abîment. Pour le rebouchage, il est préférable de faire appel à un professionnel à moins d’être soi-même un bricoleur expérimenté. Enduits, crépis et peintures doivent être périodiquement refaits. On peut donc également profiter de ce lancement de chantier pour renouveler le revêtement externe dont l’étanchéité n’est plus suffisante.

 

Côté intérieur, quand on constate sur un mur des taches blanchâtres et poudreuses : c’est le salpêtre, une efflorescence qui se forme à la surface des plâtres sous l’action de l’humidité. Si les dégâts sont limités, on peut tenter de traiter le mur. Là encore, il est nécessaire de gratter pour retirer les cloques et les traces de salpêtre avant de bien nettoyer la zone détériorée. Après un temps de séchage, on peut appliquer jusqu’à saturation un fongicide revitalisant anti-salpêtre. Si la dégradation du mur est sévère, on a intérêt à envisager l’intervention d’un professionnel qui peut préconiser de placer un barrage horizontal à la base des murs afin de colmater toute remontée d’humidité. C’est le but du traitement chimique par injection des maçonneries, par exemple. Répétons-le, il ne faut pas sous-estimer les problèmes d’humidité. En cas de doute sur l’origine des dégâts, il est préférable de faire appel à un professionnel. Lors de sa visite, ce dernier établira un diagnostic précis après avoir pris soin d’apprécier tous les effets de l’humidité.

 

Par exemple, l’humidité grimpante ne se limite pas à un simple apport d’eau lorsqu’elle traverse les murs du sol jusqu’aux plâtres. Elle transporte aussi des sels dont certains sont hygroscopiques (c’est à dire absorbant l’humidité de l’air), qu’elle a captés dans le sol et dans la maçonnerie. Dans ce cas, l’humidité s’évapore de la surface du mur, mais les dépôts de cristaux hygroscopiques ou les taches humides y persistent. L’humidité grimpante peut aussi être le fait de l’infiltration des eaux de pluie. Une maçonnerie endommagée par le gel, un enduit craquelé suffisent à laisser pénétrer la pluie par vent fort. Une fois dans le mur, ces infiltrations peuvent couler de haut en bas et s’accumuler au-dessus de la barrière d’étanchéité. Faute de pouvoir s’écouler, cette eau traverse le mur et entraîne des tâches humides au niveau des plinthes. Seul, un technicien est capable d’apprécier de tels phénomènes et de les traiter correctement pour tenter de les supprimer.

 

Les remontées capillaires

Quand le mur présente des taches d’humidité dans sa partie basse. Cela est généralement le résultat de la présence d’eau dans le sol. L’eau de pluie ne s’évacue pas suffisamment, soit par le sous-sol ( drain, sol calcaire ou sableux ), soit par évaporation. L’humidité remonte alors dans la maçonnerie par capillarité et provoque, par exemple, des décollements d’enduit au niveau des plinthes du rez-de-chaussée. Il est souvent plus difficile de venir à bout de ce phénomène.

A défaut de pouvoir drainer autour des fondations, la solution peut être une injection de résines au coeur des murs pour former une barrière, neutraliser le processus d’absorption et stopper durablement les remontées d’humidité. Dans certains cas, il peut être nécessaire de recourir au captage d’un écoulement souterrain ( ce qui représente des travaux importants).

 

Les remontées d’eau sont aussi assez fréquentes en sous-sol mal protégé, cave et garage. Une peinture spéciale peut suffir à protéger la chape de ciment si le phénomène est léger. Des travaux plus importants peuvent être nécessaires pour assurer une bonne étanchéité, toutefois sans casser le sol. Un spécialiste peut, par exemple appliquer une résine époxyde avec durcisseur.

 

En présence d’humidité, il est indispensable d’identifier les causes avec exactitude. Un professionnel établira un bon diagnostic et préconisera une solution de traitement personnalisé. Il peut envisager le recours à des procédés lourds : orifices de ventilation à la base du mur, injection de résines ou de sels organo-métalliques, par exemple. L’efficacité de ces travaux est dépendante d’un savoir-faire très méthodique. Selon le cas, le degré d’acidité et la présence de certains éléments chimiques dans les murs ayant une importance capitale dans l’efficacité du traitement, le professionnel procède à des prélèvements dans la construction dont l’analyse chimique va permettre de déterminer la nature du produit de traitement et le dosage précis à mettre en oeuvre.

 

De nouveaux matériaux à découvrir

 

Le plafond tendu

Au niveau du plafond, l’apparition de taches d’humidité relève souvent une fuite au niveau des canalisations d’eau. De telles taches peuvent aussi apparaître et s’amplifier en période de pluie en raison d’infiltrations au niveau de la toiture. Après réparation, on peut envisager l’installation d’un plafond tendu pour supprimer les auréoles et masquer la peinture écaillée. C’est une toile de PVC, teintée dans la masse, qui s’accroche et se tend sur des profils fixés( sous forme de moulures) en périphérie du plafond. . Sa matière lui confère des qualités techniques intéressantes : étanchéité à l’air et à l’humidité, insensibilité à la condensation. Il apporte aussi une assez bonne isolation acoustique. Ce revêtement est disponible dans de nombreux coloris en version mate, brillante ou satinée. C’est une alternative à la peinture qui apporte une décoration intéressante dans certains cadres de vie. Fixe au plafond, il permet d’incorporer des spots d’éclairage et d’intégrer les fils d’alarme, la climatisation et les bouches de ventilation.

 

Le panneau imitation pierre

Très facile à installer, résistant, isolant, imperméable et indéformable, ce tout nouveau matériau va vous séduire par ses multiples possibilités. Utilisé à l’intérieur comme à l’extérieur, il permet de transformer de façon spectaculaire, de créer de nouveaux espaces, et de reproduire l’aspect chaleureux de la pierre en habillant les murs de votre habitation. La gamme très large reproduit tous les aspects de la pierre, de la brique ou de l’ardoise. A vous de choisir : voûte imitation pierre pour rendre l’espace plus chaleureux, transformation de combles grâce à l’installation de vieilles briques et de poutres qui reproduisent du bois ancien, panneaux en ardoise pour une décoration personnalisée et élégante etc....

http://www.danslairdutemps.com/article-80-6.html 

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante

up

 Contact pour envoyer votre contribution:  < lreyam <(at)> gmail.com >(fichiers word, pdf, , textes, images, vidéos, références, contacts, bibliographie, lien ... )Précisez bien la page (titre, dossier, adresse URL via "Propriétés" dans votre navigateur)
 
 Vos commentaires :

 





 

up