http://www.habiter-autrement.org News >

Tendances


 

Précédente Accueil Remonter

Mise à jour : 10-09-2018  

 

Le mal-logement

 

Près de 12 millions de personnes sont touchées à des degrés divers par la crise du logement.  Certaines vivent en hôtel social à l’année, d’autres sont contraintes de retourner vivre chez leurs parents, d’autres encore squattent ou dorment dans des boxes de parking. Autant de situations révélatrices du mal-logement en France.

Le chiffre des mal-logés c’est aujourd’hui 4 millions de personnes.
Le surpeuplement est reparti à la hausse. C’est-à-dire qu’entre 2006 et 2013, on a 17 % de ménage en plus en situation de surpeuplement et même 25 % en Île-de-France alors qu’on avait vu ce chiffre diminuer progressivement depuis des décennies. Christophe Robert

On a vu le chiffre des expulsions battre un nouveau record l’année dernière. On dépasse les 15 000 expulsions avec concours de la force publique. Christophe Robert

Quand je me suis retrouvé dans la rue avec mes gros sacs, je n’avais jamais vu autant de gens dehors. Pour moi c’était des invisibles avant. Farid
Je voudrais sortir du RSA parce que c’est oppressant. C’est oppressant parce que c’est très peu d’argent et on vous pointe toujours du doigt. Farid

Le phénomène d’hébergement contraint chez des tiers touche à peu près 650 000 personnes... et ce qui est inquiétant c’est qu’on a une augmentation de 20%. Cet hébergement chez des tiers est devenu un véritable amortisseur de crise du logement.
Christophe Robert, docteur en sociologie, est délégué général adjoint de la Fondation Abbé Pierre.
 

L'état du mal logement - Rapport de la Fondation Abbé Pierre 2017 - le portrait d’une France fracturée par la crise du logement. 4 millions de personnes sont sans abri, mal logées ou sans logement personnel. 430p - PDF
http://www.fondation-abbe-pierre.fr

 

Etat_du_mal-logement_en_france_2017-fondation_abbe_pierre  430p - PDF


En mal de toit : état des lieux du mal-logement. Parce qu’il faut bien s’abriter quelque part… - 30/11/2017
https://www.franceculture.fr/

Crise du logement : bien la comprendre pour mieux la combattre - Chaque année, l’apparition des premiers froids place le mal-logement au cœur de l’actualité. À croire que depuis l’appel de l’abbé Pierre et ce fameux « hiver 54 » rien n’a changé. Dans cette France qui s’enorgueillit d’être la 5e puissance mondiale, des femmes, des hommes et parfois même des enfants vivent encore sans logement. Difficile de dire pourtant que rien n’a été fait depuis 60 ans.
http://www.lecavalierbleu.com/

 

.... voir aussi sur habiter-autrement: ici

Habitat minimaliste

http://habiter-autrement.org/08.minimaliste/min_ca.htm

Abris

http://habiter-autrement.org/24_abris/abris_ca.htm

 

Des nouvelles façons d'habiter : les habitats mobiles et légers en 10 questions. Pour tous ceux qui ne veulent pas d'une maison traditionnelle mais rêvent d'un habitat alternatif, de nombreux autres types d'habitat existent. Ils apportent également une solution à ceux qui disposent de peu d'argent et à ceux qui aiment la vie nomade.
https://www.pap.fr/

 

Des tiny houses dans nos jardins pour accueillir les personnes réfugiées - L’association Quatorze va mettre des mini-maisons mobiles gratuitement à disposition des familles d'accueil. L'initiative baptisée IMBY s'adressera aussi à toute personne en situation de précarité.
https://www.lespetitespierres.org/
IMBY n’est pas juste un toit, le dispositif est conçu comme un véritable tremplin pour les personnes réfugiées. IMBY facilite leur insertion dans les mois qui suivent l’acquisition de leur statut : lien individuel fort avec leur hôte, élaboration d’un projet de vie personnel avec un suivi social et professionnel, accompagnement pour un logement pérenne.
https://www.youtube.com/watch?v=axkkppQ_XtQ
Les Petites Pierres ensemble partageons les valeurs de solidarité et de générosité pour bâtir un monde meilleur. Derrière la plateforme des Petites Pierres, il y a une équipe de quatre personnes qui s’active au quotidien depuis 2013
https://www.youtube.com/watch?v=XZKAKt5Xw4g
Découvrez les projets en cours des Petites Pierres
https://www.lespetitespierres.org/projets-financement-participatif

 

 

VIDEOS
La crise du logement expliquée en quatre minutes - 2014
http://www.dailymotion.com/video/x28xrtd
2016 - Le mal logement France TV
https://www.youtube.com/watch?

2017 - Le mal-logement Invité du Grand- Angle, le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Christophe Robert tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme
https://www.youtube.com/watch?v=gUnWysMzCRQ

Mal-logement: rapport annuel de la fondation Abbé Pierre
https://www.youtube.com/watch?v=EMhQ8yQKr7E

15 idées contre la crise du logement Résumé 22e rapport
https://www.youtube.com/watch?v=2fuF-Cdm40U

Mal-logement : les jeunes en première ligne - L'Autre JT
https://www.youtube.com/watch?v=sTY0bE9VqB8

 

LIVRES:

Désirs de toit par Danièle Voldman - Mal-logement, droit opposable au logement, Sans Domicile Fixe, Enfants de Don Quichotte … La crise du logement, qu’on croyait réglée à la fin des années 1970, semble revenir aujourd’hui par la grande porte à la faveur des difficultés croissantes d’une partie de la population. C’est dans ce contexte qu’est né cet ouvrage, issu de recherches menées en commun par des historiens.
http://www.editions-creaphis.com/ouvrages/desirs-de-toit.html

Sortir du mal logement, c'est possible - Les Editions de l'Atelier
Les Editions de l’Atelier s’attachent à mettre en valeur les expériences humaines afin d’analyser les grandes questions de société, décrypter le passé, inventer le présent.
https://www.decitre.fr/

 

Qui sont les 4 millions de mal-logés en France ?
L’absence de logement personnel : du temporaire qui dure
Moins visible que les sans-abri, une frange importante de la population française – près de 900.000 personnes – ne dispose pas d’un logement personnel. L’enquête « Logement » de l’Insee réalisée à la fin de 2013 distingue trois types de situations :
vivre à l’hôtel de manière permanente. Il s’agit non pas de dispositifs d’hébergement d’urgence, mais de 25 000 personnes qui paient à titre individuel des chambres, petites, au confort souvent limité, sans espace cuisine et parfois sans sanitaires personnels, souvent parce qu’elles ne sont pas en mesure d’accéder au parc locatif classique (pas de revenu fixe, pas de papiers…) ;
résider dans une « habitation de fortune », c’est-à-dire un local impropre à l’habitation : 85 000 personnes vivent dans des cabanes de bidonville, tentes, caravanes ou mobile-homes fixes, caves ou squats; être hébergé chez quelqu’un sans lien de parenté direct (un «tiers») faute de moyens pour avoir un logement autonome. On y ajoute les plus de 25 ans non étudiants mais qui sont contraints de rester chez leurs parents ou grands-parents ou d’y revenir après un accident de la vie (divorce, chômage…). Au total, 693 000 personnes sont concernées.
Le « mal-logement » ne s’arrête pas à l’absence de toit ou d’espace personnel, il concerne aussi l’habitat indécent, insalubre ou inadapté.
Au total, 939 000 foyers, soit 2 090 000 personnes privées d’au moins un élément de base (eau courante, douche, toilettes à l’intérieur, chauffage…), exposées à un danger ou à de l’insalubrité (électricité défectueuse, infiltration d’eau, humidité, manque d’isolation).
Comme la situation générale s’est améliorée dans les dernières années – moins de 1 % des logements sont dépourvus de sanitaires –, les critères de confort ont évolué, ce qui ne permet pas de réaliser un comparatif dans le temps.
http://www.lemonde.fr/

 

 
Précédente Accueil Remonter

up