http://www.habiter-autrement.org News >

Tendances


 

Précédente Accueil Remonter Suivante

Mise à jour : 31-03-2017  

Ecologie Sociale 

autour de la pensée de Murray Bookchin

une nouvelle vision politique et philosophique du rapport entre l'homme et son environnement, ainsi qu'une nouvelle organisation sociale par la mise en œuvre du municipalisme libertaire.

 

 

L’écologie sociale est une théorie philosophique, sociale et politique sur l'écologie mise sur pied par l’américain Murray Bookchin (1921-2006) dans les années soixante.

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cologie_sociale

 

  Murray_Bookchim-The_Forms_of_Freedom-1985-texte en francais-13p

  Murray_Bookchin_Compilation-de-textes-fr

  Murray_Bookchin_The_Ecology_of_Freedom_1982


 
Principes fondamentaux
Dès les premiers écrits anarchistes sur le sujet dans les années 1960, Murray Bookchin a continuellement développé son œuvre. Vers la fin des années 1990, il l’associe toujours plus au principe de communalisme, avec des aspirations plus portées vers la démocratie municipale institutionnalisée, ce qui le distancie d'une certaine évolution de l'anarchisme. Inspirée de l’anarchisme (de Kropotkine principalement) et du communisme, des écrits de Marx et de Engels, l’écologie sociale s’articule au travers de plusieurs principes clé :

>> L'interdépendance et le principe "d'unité dans la diversité". L'écologie sociale cherche à s'opposer à l'uniformisation des êtres et des pensées et veut promouvoir l'apport de la diversité, de l'union organique des différentes parts de la société. Les différences doivent être promues comme apportant une diversité de talent, de points de vue, de styles permettant de faire évoluer la société tout en la rendant plus stable.

>> La décentralisation : Une société d’écologie sociale prendrait la forme d’une confédération de communes décentralisées et liées entre elles par des liens commerciaux et sociaux. Des sources d’énergies renouvelables dispersées permettraient d’alimenter ces communautés à tailles humaines et d’apporter à chacun selon ses besoins.

>> La démocratie directe : Structurée autour du principe d’une forme de communalisme dite municipalisme libertaire, l’écologie sociale prône le développement des assemblées communales, version modernisée du type développé par les Athéniens dans l’Antiquité ou mis en place durant la Commune de Paris pour la prise de décisions politiques. Les décisions concernant la vie de la commune sont discutées et votées à la majorité dans ces assemblées. De même, à l’échelon supérieur, des représentants munis de mandats impératifs, et donc révocables, sont désignés pour aller représenter leur commune lors des assemblées régionales, nationales, etc. C’est un système horizontal, une démocratie populaire non hiérarchique dont les décisions vont de bas en haut et sont prises dans la transparence du face-à-face.

>> Un renouveau de la citoyenneté : À la base du système d'écologie sociale se trouve le citoyen. Celui-ci doit réapprendre à décider de ce qui concerne sa vie de tous les jours et, pour ce faire, il lui est nécessaire de se réapproprier le pouvoir. Il doit d'une certaine manière redevenir responsable et connaître le minimum lui permettant de prendre une part active dans la gestion de la société, notamment de ce qui a une répercussion directe sur sa vie.

>> Une technologie libératrice : L’écologie sociale ne s’oppose pas aux technologies modernes mais est partisane en revanche d’un développement de celles-ci pour les rendre au service de l’être humain. La science doit retrouver son sens moral et se développer pour l'humain et non l'asservir. Les machines et outils modernes doivent devenir multifonctionnels, durables, écologiques et facile à utiliser ainsi qu'à entretenir. En devenant maître de la technique qu'il utilise, le citoyen pourra se libérer du travail pénible et se concentrer sur l'aspect créatif et positif des tâches.

>> Une vision sociale du travail : Développer les machines a dans l’écologie sociale pour but de libérer l’être humain d’une grande part du travail manuel (travail en usine), pouvant être fait par des machines, en vue de lui laisser le travail créatif et réduire son temps de travail. Le temps gagné pourrait lui permettre de participer à la vie politique de son quartier et de profiter plus pleinement de la vie sociale. Le modèle s’articule ainsi autour de temps partiels diversifiés, alliant autant que possible travail à l’intérieur et à l’extérieur, intellectuel et concret, etc. Les hiérarchies au travail seront remplacées par des superviseurs ayant pour seul but d’apporter une vision globale sur le travail d’une société.

>> Le naturalisme dialectique : Le naturalisme dialectique est une philosophie dialectique développée pour servir de base éthique à une société basée sur les principes de l’écologie sociale. Son principe est que « ce qui devrait être » doit servir de base éthique à « ce qui est »1, sous forme de choix raisonnés.

>> La représentation sociale : Il existe aussi des théories venant du Royaume-uni abordant certains groupes sociaux qui sont considérés comme des groupes sociaux à part entière mais dont leur culture est externe à leurs propres valeurs, ce qui les mène à une forme de dénormalisation due aux systèmes culturels mnémoniques que l'on appelle groupes secondaire et qui ont une œuvre philosophique quasi inexistant. Ces théories ont cours selon le schéma de Herskovits. Les groupes sociaux sont définis comme entité d'intégration à la société culturelle comme l'explique Philippe Combessie dans l'Ecolologie Sociale.

Les champs de l'écologie sociale rejoignent ceux de l'anthropologie sociale selon la très connue théorie Malinowski sur les indiens de l'amazone, selon laquelle toute règle de la communauté doit être imposée par la force sans inférer à l'intégrité de l'humanité comme le précise les constitutions des pays développés, il prend pour exemple qui choisit sa femme et qui la montre au chaman de la tribu avant tout acte amoureux ce qui rejoint la théorie de Claude Levi Strauss dans El Ombre Denudo.
Elle montre les problèmes écologiques comme découlant principalement de problèmes sociaux, notamment des différentes formes de hiérarchies et de dominations, et cherche à les régler à travers le modèle d’une société adaptée au développement humain et à la biosphère. C’est une théorie d’écologie politique radicale basée sur le communalisme qui s’oppose au système capitaliste actuel de production et de consommation. Elle vise la mise en place d’une société morale, décentralisée, solidaire, guidée par la raison.

 

"The Forms of Freedom" (mars 1985) Murray Bookchin - Conférence en anglais avec sous-titres en français
http://www.ecologiesociale.ch/index.php/menuvideos

The_Forms_of_Freedom 1985 texte en français, 13p
http://ecologiesociale.ch/images/stories/articles/The_Forms_of_Freedom.pdf
 

Entretien avec Vincent Gerber, fondateur de la plateforme "ecologie sociale.ch", autour de la pensée de Murray Bookchin "Au-delà de la rareté, l'anarchisme dans une société d'abondance", paru aux éditions Ecosociété, en 2013.en deuxième partie  - Emission téléchargeable - En première partie::  No limit ! Vraiment ? L'homme a atteint ses limites biologiques, physiologiques, environnementales. Il a atteint un plafond dans tous les domaines: l'espérance de vie, records olympiques difficiles à battre, croissance économique en berne, les innovations technologiques ne suivent plus la loi de Moore, sans compter les énergies fossiles. Babylone - Nancy Ypsilantis
http://www.rts.ch/espace-2/programmes/babylone/7559844-babylone-du-24-03-2016.html

 

Un livre permet peut être d’imaginer d’autres futurs et d’autres voies en revisitant mouvements, idées et fondements : « L’écologie radicale » de Frédéric Dufoing. 2012
Vincent Gerber (auteur d’une récente et très belle biographie intellectuelle de Murray Bookchin, pionnier de l’écologie sociale) avait il y a quelques mois, chroniqué cet ouvrage pour la revue l’An02 : L’écologie radicale a près de quarante ans maintenant, et pourtant l’appellation se retrouve peu chez les militant·e·s européen·ne·s. De même, rares sont ceux et celles qui ont cherché à préciser les frontières et les zones communes de ses multiples expressions. Un pas que Frédéric Dufoing a choisi de franchir avec ce petit livre. Rassemblant six courants parmi les principales composantes de l’écologie radicale, il met en avant les liens entre eux, avec une vision qui se veut plus éclairante que partisane.

http://www.amazon.fr


Ecologie Sociale.ch - Portail francophone de l'écologie sociale - un mouvement d'écologie radicale théorisé par Murray Bookchin dès les années 60. Elle cherche à redéfinir le lien entre l'être humain et la nature par la mise en place d'une société écologique et décentralisée sous la forme politique d'une confédération démocratique. Conscient que les problèmes écologiques découlent de problèmes sociaux, elle cherche à résoudre conjointement ces deux questions, notamment par la promotion de citoyens acteurs et gestionnaires de leur communauté. Ecologie Sociale.ch fait la promotion d'une écologie sociale et humaniste, en parlant de ses thèmes et en faisant naître des réflexions à son sujet.
http://www.ecologiesociale.ch/

Sortie d' "Au-delà de la rareté" En 1971, Murray Bookchin publiait un livre au titre un brin étonnant : Post-Scarcity Anarchism ("Au-delà de la rareté, l'anarchisme"). Le livre, qui rassemblait ses principaux écrits des années 60, touchant autant les théories révolutionnaires que l'écologie, la décentralisation, les technologies alternatives ou la critique (libertaire) du marxisme. Le livre, détonnant à plusieurs titres, le propulse comme l'homme du moment dans la contre-culture new-yorkaise de l'époque et un des penseurs modernes de l'anarchisme et de l'écologie. L'ouvrage sera progressivement traduit dans plusieurs langues, dont une partie en français dans le livre Pour une société écologique (1976), qui reprenait le meilleur de ce livre et de Toward an Ecological Society
http://www.ecologiesociale.ch/index.php/blog/96-bookchin-rarete

--------------------------------------------------------------------

Quartiers en transition: Après les municipales, pourquoi l'écologie politique doit se tourner vers Murray Boochin
Quartiers en Transition s’efforce depuis quelques mois d’ouvrir des pistes de réflexion à ce sujet. L’une d’elles nous mène vers le municipalisme libertaire théorisé dans les années 60 et 70 par l’américain Murray Bookchin. Parmi les points clés de ce qui constitue aujourd’hui une branche de l’écologie, le rapport de cette dernière au jeu institutionnel est particulièrement intéressant.
Relocalisation économique et relocalisation politique
L’une des idées majeures défendues par Bookchin est la nécessité absolue d’investir le terrain local, la commune. La pertinence de cet échelon est double : d’une part, il permet de développer dans les ville et les quartiers, une économie de proximité, basée sur des coopératives municipales, des petites unités de productions, des circuits courts où l’autogestion est largement de mise … D’autre part, cette relocalisation économique se double d’une relocalisation politique, avec une gestion citoyenne directe de la commune.
Tournant le dos à une démocratie représentative à bout de souffle, ignorant -voir reniant- délibérément l’État, Bookchin propose une administration de la commune par le biais de la démocratie directe .
https://quartiersentransition.wordpress.com/

-----------------------------------------------------------

Le rôle de la pensée utopique dans l'aménagement des villes de demain par Amir Ganjavte - Mémoire présenté en 2010 à la Faculté des études supérieures de l'Université Laval dans le cadre du programme de maîtrise en sciences de l'architecture ... où il est question de Callenbach et Murray Bookchin
www.theses.ulaval.ca/2010/27133/27133.pdf

-----------------------------------------------------------

La résurgence d'une contestation radicale en Amérique du Nord par Maxim Fortin
Université Laval, Science politique, Graduate Student | Social Movements
http://ulaval.academia.edu/MaximFortin
La résurgence d'une contestation radicale en Amérique du Nord Aux dires de Contandriopoulos, « toute recherche, analyse ou étude a comme point de départ une situation perçue comme problématique […] Cette situation problématique survient lorsqu’il existe un écart entre la conception ou l’explication d’un phénomène et l’observation ou la perception de la réalité » (Contandriopoulos, 1990: 18). Ce mémoire ne fera pas exception à cette règle. Dans notre cas, le problème de recherche qui est à l’origine de notre démarche provient du manque de connaissance à propos des mouvements contestataires radicaux d’Amérique du Nord, dont le nombre a considérablement augmenté depuis quelques années, et de la fâcheuse tendance qu’ont eue certains chercheurs et journalistes à assimiler ces groupes à des mouvements plus larges, plus connus et plus modérés, ou tout simplement à les considérer comme de vulgaires « casseurs » sans idéologie.
http://www.academia.edu/10997418/
 

--------------------------------------------------------------------

Écrits traduits en français
Murray Bookchin (trad. Helen Arnold et Daniel Blanchard), Pour une société écologique : Recueil de textes et préface inédite de l'auteur, Paris, Christian Bourgois ed,‎ 1976 (ISBN 2267000350).
Murray Bookchin, Une société à refaire : vers une écologie de la liberté, Montréal, Éditions Écosociéte,‎ 2011 (réimpr. 1992) (ISBN 9782923165561).
Murray Bookchin, Sociobiologie ou écologie sociale, Lyon, Atelier de création libertaire,‎ 1999 (réimpr. 1993) (ISBN 9782905691682, lire en ligne).
Murray Bookchin et Dave Foreman, Quelle écologie radicale? : écologie sociale et écologie profonde en débat, Lyon, Atelier de création libertaire/Silence,‎ 1994 (ISBN 9782905691279, lire en ligne).
Murray Bookchin, Pour un municipalisme libertaire, Lyon, Ed. Atelier de création libertaire,‎ 1er janvier 2003 (ISBN 9782905691880 et 2905691883, lire en ligne).
Murray Bookchin (préf. Hervé Kempf), Qu'est-ce que l'écologie sociale, Lyon, Éditions Atelier de création libertaire,‎ 2012 (réimpr. 2003) (1re éd. 1989) (ISBN 9782351040584, lire en ligne).

--------------------------------------------------------------

Sites liés à l'écologie sociale :

Source: http://www.ecologiesociale.ch/index.php/menusite

Ecoles et instituts

- Institut for Social Ecology (ISE - USA) - Site principal consacré à l'écologie sociale et lié à l'institut fondé par Bookchin et Chodorkoff. On y trouve la plupart des documents et informations récentes sur les activités locales de l'Institut et l'actualité de l'écologie sociale.
- Transnational Institute of Social Ecology (TRISE - Gr) - Association d'écologistes sociaux européens (mais basé en Grèce) pour la promotion des idées de l'écologie sociale, principalement dans le contexte citadin.
- Social Ecology Education and Demonstration School (SEEDS - USA) - Institut basé sur l'île de Vashon, près de Seattle, fondé par d'anciens membres de l'ISE.
- Centro Latino Americano de Ecología Social (CLAES - Ur) - Centre uruguayen pour la promotion de l'écologie sociale en Amérique latine.

Maisons d'édition

- Atelier de création libertaire (F) - Maison d'édition française qui, la première, a traduit les ouvrages de Bookchin et continue à le faire.
- Editions Ecosociete (CA - fr) - Maison d'édition Montréalaise inspirée à sa fondation des principes de l'écologie sociale.
- New Compass (N - en) - Maison d'édition basée à Porsgrunn, en Norvège. Elle a succédé à Communalism et est dédiée principalement aux principes de l'écologie sociale et de la démocratie directe.
- Black Rose Books (CA - en) - Maison d'édition Montréalaise qui a publié les principaux ouvrages sur l'écologie sociale.
- AK Press (USA) - Les plus récentes parutions et réédition de Bookchin sont parues chez eux.
- Libélula Verde (E) - Maison d'édition dédiée à l'écologie sociale.

Revues et newsletters

- Communalism (N - en) - Revue publiant des articles sur l'écologie sociale (liée au groupe scandinave Demalt). Le forum du site regroupe passablement de personnes intéressées par le développement de l'écologie sociale.
- Eutopia (G - en) - Journal grec sur le municipalisme libertaire
- Schwarzen Faden (D) - Revue allemande publiant régulièrement des articles sur l'écologie sociale
- Democracy and Nature (G - en) - Revue dirigée notamment par Takis Fotopoulos auquel a participé Bookchin durant quelques années (les premiers numéros), avant de s'en démarquer. Elle est devenue depuis le Journal for an Inclusive Democracy.
- [Left] Green Perspectives - Journal édité par Bookchin et Biehl entre 1986 et 2000. La totalité des numéros peuvent être consultés sur internet.
- Harbinger - Journal édité par les membres de l'ISE. Seuls trois numéros sont parus à ce jour. La plupart des articles et des versions pdf peuvent être retrouvées sur le site.
- Wanekia - Ancien journal consacré à l'écologie sociale publié en marge de l'ISE dans les années 70.
- Teko-Ha - Bulletin d'information proche de l'écologie sociale et plus généralement de "l'écologie humaine" publié par le centre CLAES.
-Toplumsal Ekoloji (T) - Ancien magazine turque dédié à l'écologie sociale et lié au groupe du même nom.

Groupes d'écologie sociale

- L'espace Bookchin (CA - fr) - Groupe politique de la ville de Saguenay
- Democratisk Alternativ - DemAlt (Scandinavie) - Groupe politique scandinave, anciennement présent en divers lieux dont Uppsala et Oslo
- Kommunalistien Liitto (Fi) - page finlandaise
- Social Ecology London (UK) - Groupe de travail/réflexion autour de l'écologie sociale
- Soziale Ökologie (D) - Groupe de travail/réflexion situé à Franckfort
- Red de Ecologia Social - RedLaces (UY) - Communauté uruguayenne de Montevideo faisant la promotion de l'écologie sociale. Le groupe est lié au centre CLAES.
- Black Sheep Box - Groupe de Vermont organisant des réunions de lectures de textes de Bookchin
- Los Arenalejos (E) - Communauté espagnole suivant les principes de l'écologie sociale. Information sur la résidence de vacances.
- Radikal Karani (T)
- Social Ecology New Orleans (USA)
- Dimotismos (GR)
- Cyprus Social Ecology Movement (CY)

Sites personnels

- Puissance Plume(Fr) - Site français sympathisant de l'écologie sociale
- Populaction (Fr) - Base d'information sur les expériences de démocraties directes locales
- Communalism: A Liberatory Alternative (En) - Page de présentation du projet communaliste
- Communemedia+ (B) - Blog de R. Grinfeld - Voir aussi sa version néerlandaise : Municipalisme
- Blog de Janet Biehl (USA)
- Ecologia Sociale (I) - Site italien consacré à l'écologie sociale
- European Social Ecology Institute(ESEI - en) - Site internet européen contenant des informations variées sur l'écologie sociale.
- Site de Kelvyn Richards (En) - Un "open book" pouvant être téléchargé gratuitement qui aborde divers thèmes de l'écologie sociale.
- Better Worlds, Brighter Futures (En)

Divers

- Anarchy Archives (USA) - Site proposant de nombreuses informations et documents sur les théoriciens anarchistes
- Athene (NL) - Périodique online sur la démocratie directe. Certains articles sur le municipalisme libertaire peuvent y être retrouvés.
- Centre International de Recherche sur l'Anarchisme (CIRA - CH) Ce centre lausannois dispose de passablement de documents sur Bookchin et l'écologie sociale.
- CEUM (CA) - Centre de recherche et de formation sur l'écologie urbaine situé à Montréal.
- Chiche! Chambery (F) - Groupe français (section Chambery) d'écologie politique
- EcoRev' (F) - Revue française d'écologie politique
- Info-Kurdistan, site recensant les articles francophones traitant de la révolution sociale au Rojava kurde
- L'An 02 (F) - Revue française d'écologie politique
- La pointe libertaire (CA - fr) - Site d'un groupe libertaire de Montréal inspiré (entre autre) par l'écologie sociale
- Ma Croix-Rousse Alternative (FR) - Blog de Mimmo Pucciarelli, membre des éditions ACL.
- RA forum (F) - Site de recherche sur l'anarchisme, par Ronald Creagh.
- Mouvements pour la décroissance (F - CA - CH)
- Rêvolutive (F) - Groupe de réflexion sur l'écologie politique

 

 

 
Précédente Accueil Remonter Suivante

up