http://www.habiter-autrement.org News >

Home - Habiter-Autrement

  Mise à jour : 01-05-2021 

Mise à jour : 01-05-2021  ...  

Mes courts textes

... juste, humblement, quelques élucubrations

... juste pour le plaisir d'écrire et de partager quelques idées folles

... au départ, à l'occasion de l'atelier d'écriture animé par Mathilde Bussy

Atelier de Libres Penseurs Tarabiscotte® croque la vie !: site : www.obma.ch/cook2

Email : LREYAM (arobase) gmail.com

Mes dessins / Mes-galets / Mes projets /

Mes récits de mes marches sur les Chemins de Compostelle (PDF) ... pour vous inciter à marcher aussi ... ah je vous coach si vous le voulez !  Infos sur mon site :

http://habiter-autrement.org/25_Tourisme/tourisme_ca.htm

 

2015-10-Caminho- Portugues

2016-05-Compostelle-Geneve-Le-Puy

2017-05-Via-de-la-Plata - Seville

 

>> Mes projets

>> Mes galets

>> Mes dessins

>> Eriba-Puck-Mini-Caravanes

-----------------------------------------------------------------------

20/20 ou mes meilleurs voeux à tous ... enfin, à presque tous

 

20 sur 20 ... Bravo vous avez 20/20 ...pour cette année au moins!
En fait on a toujours 20 ans, gardons ça en tête !
Moi, d'ailleurs je vise 5x20, et la prochaine génération 6x20 sûrement ... voire l'éternité, pour les nantis seulement bien sûr ... et vous ? Visons juste, visons bien!


Mais bon, relativisons, relativisons quand même ! 20 sous c'est pas beaucoup, 2020 pas non plus, 20 à l'heure une vitesse d'escargot (attention je vois jaune) ... en vain je vous le répète 20 fois déjà, pensons global, agissons local .. comme au jeu de go (let's go)
et si 20 amours, 20 fois par jour, 20 cm pour les hommes, vin à gogo c'est beaucoup, des beaux coups peut-être, admettons que 20 c'est moins que 36, certes voir 36 chandelles cela peut constituer un beau chandelier, et même si je suis d'accord qu' il vaut mieux ne pas tomber dans le trente-sixième-dessous... gardons la tête froide!


Alors, et alors? Et bien on fera avec - mais durant une année seulement - avec ce sacré doublé de vingt, et deux zéros eh oui 2 zéro encore (avec ou sans s), quitte à me répéter, ce sera ma note finale aux gouvernants, aux hommes de pouvoir, aux filous, aux poltrons, aux barbus qui se réclament des dieux, aux méchants, aux violents, aux saccageurs de notre bonne vieille Terre (remarquez que le masculin l'emporte malheureusement là encore sur le féminin, je serais quasi pour le clonage des femmes et l'élimination du genre masculin), bref mort à tous les petits cons ... c'est la lutte finale ...
.. ah et 20/20 à tous les autres  ....  bonne année à ceux là!
 

Jeu de Go ... à promouvoir autour de vous ... de 5 à 95 ans! j'en ai fais avec des coquillages, des cailloux, des boutons ... et avec le système d'handicap, dès le premier jous vous pouvez vous confronter aux meilleurs joueurs du globe sur Internet

http://habiter-autrement.org/go.htm

Application sympa pour smartphone, sans Internet: Godroïd

-----------------------------------------------------------------------

J'ai changé
Une nuit de pleine lune

Pardi, bien sûr que j’ai changé ! Bon, disons que je suis sur le point de changer ou que je suis amplement habité par l’idée du changement. Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer.

Le processus est engagé, et sans devoir en appeler à la voix des Dieux à l’injustice de nos ennemis comme au temps de César, le sort en est jeté, « Alea jacta est », j’ai franchi le Rubicon !

C’est un peu comme le passage du col de la Bonette à 2.715 mètres d'altitude qui donne l’impression d’embrasser un autre monde en plongeant vers une mer salvatrice. Je suis le Poulidor qui, le temps de changer de monture, va franchir en solo ce fameux col.

C’est aussi sans cœur et sans reproche comme le fut le chevalier Bayard qui s’était illustré parait-il durant les guerres d'Italie au XVIème siècle - il faut savoir dans ces moments-là, s’élever au dessus de la mêlée. Il n’y a plus qu’à se laisser aller dans une quasi-transe, un orgasme de la renaissance. Ah, renaître vierge de tout passé, de tout sentiment d’optimisme ou pessimisme, renaître comme un sou neuf.

J’y suis, ou presque, à une bouffée d’air près, longue et pleine comme un soupir d’éternité, non pas le dernier, un moment d’extase qui correspond au haut d’une cloche d’un graphe qu’on aura dilaté, pour que cela dure, en y laissant même l’empreinte des doigts de part et d’autre d’une feuille caoutchoutée, masquant la dérision du monde.

Je me retiens seulement encore un peu pour jouir pleinement de ce passage qui va advenir comme à l’orée du trou de serrure d’une porte, si épaisse, si majestueuse. Happé par ce trou noir, mystérieux et prometteur d’un ultime passage du genre multivers, voilà tout ce que promet ce changement tant désiré.

Je ne puis plus reculer, les dés sont jetés, l’affaire est dans le sac, au diable la poignée du frein de secours que mon cerveau reptilien réclame d’actionner, je m’envole, je bondis, comme en apesanteur avec en fond sonore, la valse du Beau Danube bleu de Johann Strauss II pour me glisser dans l’atmosphère du film « 2001 l’Odyssée de l’Espace » de Stanley Kubrick, sorti en 1968, année-école du changement. Je l’entends déjà cette musique céleste, je m’élève pour accompagner ce passage.

Je me cabre juste un peu, je prends mon élan pour ce pas de géant, sans pour autant imaginer marcher sur la lune. Ce pas de côté, de rupture, je ne l’ai pas décidé seulement pour moi, je le dédie aussi à tous ceux et celles qui avant moi ont pu goûter à ce moment de gloire. A toutes celles et ceux qui ont franchi le cap ! Là j’y suis à deux doigts, sans lever le pouce et sans retour possible.

Moi aussi je vais pouvoir me débarrasser de ma chrysalide, bondir auréolé d’un nouvel aspect. Je serai du bon côté de la vitrine de Noël souriant à tous ces regards ébahis mais bienveillants… « Magnifique, il a changé, il a réussi ! »

J’arrive ! Bientôt je serai un "Change Maker", un premier de cordée, un coach de coach. Apprêtez-vous à lever vos verres, nous trinquerons. Ce sera la fête, l’extase, tourbillonnant comme mille bulles de champagne. Le changement est en marche, le changement tout court, sous les vivats d’une foule en délire, ici et maintenant.

Roland

octobre 2019

-----------------------------------------------------------

 

Le Père Noël
Attends il arrive !


J-8. Clocloclochettes en arrière plan : Le Père Noël arrive ! Enfin, attends, mais attends donc, ne soit pas si impatient, quand même ! Il ne va pas tarder à arriver ! Attends ! Je te dis.

C’est ce qu’on dit aux enfants, sages ou pas d’ailleurs, mais quelle importance. Ah, il faut qu’ils apprennent, ces gamins, à se projeter dans l’avenir sans nous casser les pieds, car nous on sait qu’une bonne partie de notre vie est dans l’attente de l’autre, d’un rêve, d’un concours de circonstances favorables comme un alignement de planètes, d’un signe, d’un mieux, d’une utopie concrète en somme…Ah on peut toujours rêver. Attendre c’est vivre à moins que cela soit le, contraire.

Et puis en plus ce n’était pas mieux avant alors cela vaut la peine d’attendre !

Ah ces enfants c’est tout, et de tout de suite, « ici et maintenant » On l’a faite pourtant, nous, « La Révolution ici et maintenant ». en Mai 1968, et on sait ce qu’il en est advenu ! Entre autres choses, un fossé, un Rif même, entre les plus pauvres et les plus riches ! Fourmis ou cigales, obtus ou rêveurs, profiteurs ou épicuriens … choisissez votre camp.

J’ai même découvert à cette occasion qu’il existait une ex-radio-pirate qui se dénommerait ainsi « Ici et maintenant »… avec pour slogan "J'arrête quand je veux!" Bon si vous insistez j’arrêterai là.

Mais pourquoi donc, est-ce que je sais tout cela et que ces mômes ne le savent pas ou ne veulent pas l’entendre? Alors pourquoi les torturer, les manipuler, dans un tel exercice sans futur, qui est pourtant si dans l’air du temps ?

En tout cas moi je n’y crois plus à ce barbu à l’habit rouge, ridicule, imprégné de Coca (Cola). Faut pas être parano certes, encore que dans l’Homme Parano j’ai appris que nous le serions tous plus ou moins, là j’ai un doute, enfin pas toujours.

Non, tout cela est du pipo, un peu zinzin, non ? Alors écoutez aussi un autre son de cloches sur radio Zinzine une radio véritablement anarchiste.

Voilà ce qu’ils veulent ces enfants qui croient au Père Noël, ou plutôt voilà ce que je voudrais leur expliquer, leur démontrer, à titre posthume peut-être.

Je ne crois plus à cette ordure et donc je me fais une raison, c’est à moi d’attendre toujours et encore. Mes oreilles bourdonnent encore des "attends je vais te dire", "attends tu verras", "attends tout passe", "attends que le ciel nous tombe sur la tête", "attends papa j’arriiiive" … Mais qu’est-ce que j’ai attendu dans ma vie ! L’équivalent de quelques années lumière : ma paie, le bus, des jours meilleurs, la retraite, le billet du loto gagnant et bientôt la mort sournoise qui elle ne m’attends pas, l’immortalité peut-être dans quelques décennies … mais vais-je avoir le temps d’attendre les progrès de la science, les cellules souches en comprimés, une nouvelle tête ou une greffe de la mienne sur un corps tant qu’à faire du sexe opposé, juste pour voir

Bon, attendez, juste un instant encore, que je vous chante le refrain de ma dernière ritournelle :« Un jour de plus, un jour de moins à vivre, j’y pense et puis j’oublie » sur un air nostalgique du sage qui ne veut pas laisser de traces.
Un survivant

-- L’Homme Parano de Claude Olievenstei
-- Radio Zinzine : <www.radiozinzineaix.org/>
-- Radio: <www.icietmaintenant.com/>
-- La Révolution ici et maintenant :
<<www.pileface.com/sollers/spip.php?article638#section2>

 

Roland

décembre 2018

-----------------------------------------------------

 

Demain peut-être !

"genre" que tout change

J’adore les utopies, elles me font rêver. Un monde sans utopies est un monde fade, comme un plat sans sel, sans épices, un monde triste sans lendemain et sans promesses d’un monde meilleur. Encore que parfois cela peut nous amener à imaginer le pire ! Alors, avec un zeste d’humour, imaginons un futur idéal susceptible de gommer les différences de sexe. Nous verrons plus tard comment éradiquer l’argent et la propriété, les autres fléaux qui avec le sexe sont les constituants du pouvoir et de nos malheurs.

Nous sommes en 2222, le 22 février, l’information – sous forme d’une mise à jour automatique du programme «Qui suis-je ?» - vient d’être communiquée à tous :

« Chers con-citoyens, une très bonne nouvelle ! Grâce aux progrès des neurosciences, de la manipulation génétique, des cellules souches indifférenciées et éternelles, nos chercheurs de l’Institut Big Brother sont enfin arrivés à trouver la solution finale qui va mettre un terme à la guerre des sexes de ce XXII ième siècle qui a fait tant de victimes à travers le monde depuis des temps immémoriaux . A partir de maintenant, les êtres humains façonnés dans les pouponnières labellisées A+++ - les seules dorénavant légales – seront tous asexués. Plus de différenciation dans l’éducation, dans la manière de s’habiller (avec de notoires économies escomptées), un vocabulaire neutre qui évitera les conflits, et surtout la guerre! Voilà assurément, une notable avancée.

Toutefois, chers con-citoyens, il sera possible de donner à tout à chacun, à l’âge de 14 ans, la possibilité de choisir le sexe masculin ou féminin, ou même les deux, à la suite d’un stage probatoire de 6 mois au cours duquel les jeunes gens pourront jouer tous les rôles et mesurer les avantages et les inconvénients de vivre leurs prochaines dix années avec leurs nouveaux attributs. Une grande et belle cérémonie marquera cette transition, à l’échelle de chaque Unité d’Habitation El Fada - CSBBT (Chacun pour Soi et Big Brother pour Tous). Après cette première décennie, chacun sera amené à changer de sexe, à moins de choisir de revenir au statut asexué pour toujours.

Autre bonne nouvelle, chers con-citoyens, les prix des Love Doll ont été divisés par deux. Fabriquées dans les îles Vierges, elles sont d’une qualité irréprochable, bactéries et virus free, et tous les genres sont bien entendu proposés à tout à chacun. Réduction substentielle à partir de trois genres différents".

Retour à 2020: Certes, on y est pas encore, mais déjà les frontières s’estompent. Ainsi le voisin qui m’a annoncé qu’il était « Trans » et à qui je ne sais plus si je dois dire « Monsieur » ou « Madame » ou l’androgyne de l’étage de dessous qui met à rude épreuve mon cerveau et mes repères.

Va-t-on vers la fin de la notion de genre ou vers sa multiplicité ?
Camarades ! Wait and See !
Et restons en contact et jouissons de la vie avant le grand chambardement.


Roland

Février 2019

-- La transidentité est le fait, pour une personne transgenre, d'avoir une identité de genre différente du sexe assigné à la naissance,
https://fr.wikipedia.org/wiki/Transidentit%C3%A9
-- L’asexualité, dans son sens le plus large, est l’état d’une personne (asexuelle) qui ne ressent pas d'attirance sexuelle pour une autre personne et/ou pour elle-même.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Asexualit%C3%A9 
-- Love doll au féminin et au masculin …disponible même en Suisse! SOS Jean Calvin, ou SOS ici la Terre, répondez ! Humanoïdes et Love Doll vous n'avez pas de coeur.

Un jour, peut-être, ces Love Doll seront même remboursés par la Sécu ... à tous les pervers comme à tous les solitaires !

https://swiss-dolls.com/ 
https://poupeedollfrance.com/ 
https://youtu.be/nz_-ySf5FXs

Sur France Culture: une semaine japonaise, plongée érotique en compagnie du docteure en anthropologie Agnès Giard qui explore le désir humain dans son nouveau livre, à travers les "love doll", ces substituts pornographiques au corps de plastique, ces poupées tant aimées...
https://www.franceculture.fr/

Le livre Un désir d’humain, les « love doll » au Japon est le fruit d’une réflexion développée par Agnès Giard dans sa thèse d’anthropologie soutenue en 2015 à Paris X Nanterre, Humanité désirée, humanité simulée : étude de l'effet de présence dans les objets anthropomorphiques au Japon. L’auteure rassemble dans cette somme de nombreux matériaux qui en font un document inédit pour qui s’intéresse aux « poupées d’amour ». Elle s’appuie sur quantité de documents, d’articles de journaux (depuis l’émergence des dolls jusqu’à l’époque la plus contemporaine), ainsi que de nombreux témoignages recueillis auprès des fabricants des différentes firmes nippones et des utilisateurs (elle étudie en particulier les productions narratives et photographiques de ces utilisateurs mises en ligne sur les blogs).
https://journals.openedition.org/belphegor/894

Japon: corps et âme pour une poupée de silicone
AFP 2017 - Lorsque la flamme s'est définitivement éteinte entre lui et son épouse, Masayuki Ozaki a pris une décision inhabituelle pour combler le vide: il a acheté une poupée en silicone, devenue, il le jure, l'amour de sa vie. Mayu, de grandeur nature et d'un réalisme confondant malgré son regard vide, partage son lit dans la maison familiale de Tokyo, où habitent aussi sa femme et sa fille adolescente. Cet arrangement est né dans des orages terribles.
http://www.lepoint.fr/insolite/japon-corps-et-ame-pour-une-poupee-de-silicone

------------------------------------------------------------------------------

J'ai besoin de nature

 

2 couples attablés en terrasse !

- Sans vouloir te vexer, je trouve que tu as mauvaise mine. Tu sembles, je dirais, comme, morose, ailleurs! Est-ce en rapport au confinement, à la crise que nous vivons ? Ah je sais, il faudrait au préalable préciser quelle crise ? Crise perso, existentielle, crise de prise de conscience de notre finitude, crise environnementale, crise de la démocratie .. bon j'arrête ! Alors dis nous tout !

- Bon oui, un peu de tout cela. Mais surtout en fait en ce moment précis je dirais que j'ai besoin de NA-TU-RE tout simplement! Vous pouvez comprendre cela je pense! Oui, je me sens comme enfermée, prisonnière de mon petit appartement, comme dans une boîte dans une plus grande boîte .. du béton à gauche, à droite et au-dessus, je n'en peux plus !

- Quand même, que je sache ton appart est traversant! Lever du soleil dans ta chambre, spectacle du soleil couchant côté salon avec vue sur les collines au loin ...

- et autant que je me rappelle, l'observatoire de Nice qu'on aperçoit depuis chez toi est entouré d'une forêt dense, et puis tu as même ces grands pins en premier plan dont tu te plains à cause de leurs aiguilles qui salissent ta voiture ... n'est-ce pas de la nature aussi ?

- Ca y est, vous me provoquez ou vous ne voulez pas me comprendre ! Moi j'ai juste besoin de grands espaces verdoyants, des prairies, des forêts profondes, une communion personnelle avec le vivant ...

- Okay, okaaay, certes, mais à 5 minutes de chez toi tu as ce magnifique jardin du Monastère de Cimiez, comme un écrin de verdure, avec un petit bois attenant et même la vue sur la mer, et puis ce parc d'oliviers dont tu peux faire le tour dix fois pour t'exercer à la marche, en ayant une pensée, en passant devant les thermes, pour ces sacrés romains qui avaient déjà privilégié ce site il y a deux mille ans ... Je te le dis franchement: tu es quand même une sacrée privilégiée ... pense aux ..

- Mais je m'en fous de penser aux autres ! J'en ai fait le tour de cette nature façonnée par des générations de moines et de jardiniers ... il me faut de l'exaltation, du nouveau ! C'est pourtant pas trop demandé, non ?

- Ah ma chère, là vraiment on compatit, on se désole pour toi ! C'est terrible ce qui t'arrive !

- Moi, je me coucherais simplement sous un olivier pour découvrir d'autres points de vue et pour déchiffrer le langage des nuages ..

- Ah et moi je me contenterais de visionner un bon film documentaire sur très grand écran, bien calé sur mon sofa, les doigts de pied en éventail, un mojito à portée de main ... Je veux bien donner procuration à Meryl Streep ou Robert Redford dans Out of Africa. Et pour le même prix je peux revenir en arrière et regarder la même scène deux ou trois fois !

- Tu as raison! Tu économises dans ce cas tout ce temps que tu auras à te plaindre du temps nécessaire à rejoindre cette nature dite intacte, idyllique, sauvage comme décrit dans les brochures en papier glacé.... avec toutes les déceptions et frustrations à la clé. En plus tu économises un fric fou! Car pour aller dans la nature il faudra bien passer des heures au volant d'une voiture ou prendre un avion, il faut se loger, se nourrir, rapporter des souvenirs comme preuves qu'on y était bien.
Et puis pense un peu au temps que l'on passe vraiment à jouir de la nature, sans en parler et sans comparer lieu à d'autres lieux ... "ca me rappelle ... "c'était en .. mais tu te rappelles, c'était le jour où tu me faisais encore la gueule .." souvent l'évaluation du beau, l'atmosphère du moment selon avec qui on est ne sont pas forcément propices à la contemplation.

- Oui tout à fait et puis il y a la photomania: clic, clac ... ce temps consacré à prendre des photos de la nature sous différents angles, avec différents réglages, "tu veux bien bouger juste pour la photo", des milliers de photos que personne n'aura d'ailleurs ni le temps, ni la tête à regarder plus tard .. Eh oui c'est fini les albums de famille, les séances interminables de projection de diapositives, heureusement ... "là on était à .. ah j'ai le nom au bout de la langue, attendez, attendez cela va me revenir .." "là c'est la cathédrale qui était fermée ..", "là c'est le bus qui était tombé en panne " ..

- Et j'ajouterais, que devant ton documentaire à la télé, au moins tu n'auras ni moustiques, ni fourmis, ni guêpes ou tiques qui sont eux, chez eux, dans la nature. !

- Tu exagères comme toujours, ca n'a aucun rapport. La nature c'est quand même autre chose! ... T'a pas lu ce qu'en ont écrit des écrivains comme Thoreau ou Rousseau ? La nature, c'est aussi des parfums, une brise qui te caresse le visage, une vue panoramique sur 360 ° et ..

- Tu n'es quand même pas une girouette quand tu te promènes dans la nature ! La plupart du temps, je vois bien, tu regardes tes pieds, ta montre, ton smartphone, ton GPS, le marquage du GR ... avec la peur au ventre de te perdre ... "t'es sûr qu'on est sur le bon chemin ?", "j'ai soif, j'ai faim .." , "quand est-ce qu'on arrive ?"

- On dirait que vous n'étiez jamais dans la nature ! Pour moi, quand je marche dans la forêt, je suis en communion avec un rocher, avec l'herbe, avec des graminés, avec un arbre, une fleur ... ce n'est pas un décor, c'est comme un échange avec toutes ces créations ...

- ces créations de Dieu ? ... le jardin Zen de Kyoto c'est aussi des roches dans un parterre savamment ratissé de gravillons, parsemé de plantes harmonieusement taillées ... c'est pas du PVC, c'est beau à ce qu'on dit, si c'est pas la nature aussi, c'est quoi alors ?

- On s'en fout de la nature ! On n'ira jamais, pour la plupart de nous et pour le temps qui nous reste à vivre, au Groenland, en Amazonie, en Tasmanie, au Lac Baikal, dans le désert de Tacamara, dans le fonds d'une fosse océanique au large du Japon, au bord d'un volcan en éruption ... tout le reste est arrangé par des générations d'êtres humains depuis des millénaires. C'est un décor de théâtre, avec droit d'entrée, tampon, guide souriant, casquette à l'effigie de la première bestiole en vue et en fait qu'on n'aura peu de chances de voir !
C'est du pipo tout cela, je vous le dis!

- Moi je me contenterais de la nature à petite échelle ... je suis heureuse de voir pousser des fleurs, des salades, des légumes ... c'est comme si le mystère de la vie se faisait spectacle. Fourmi emmène moi sur ton dos pour découvrir l'infiniment petit !

- Eh oui je l'admets, je suis une privilégiée .. mon besoin de nature c'est mon luxe, ma Rolls .. j'aimerais aller en Norvège, sur le plateau de Hardangervidda par exemple qui est un plateau des Alpes scandinaves situé à mi-chemin entre Bergen et la capitale Oslo. Il paraît que c'est le plus grand plateau européen intégralement situé au-delà de la limite des arbres. Cela doit être magnifique!

- Et bien vas y ! Va jusqu'au bout de tes rêves ! Épouse un lapon, un éleveur de rennes, fais lui 5 gamins et on verra le temps que tu auras à "naturer", je sais dénaturer existe mais pas "naturer", dommage!

- Disons que nous avons besoin de nature, mais est-ce que la nature a besoin de nous ? On fait déjà la queue pour gravir le Mont Blanc ou l'Everest! Il n'est pas évident de financer la collecte des déchets laissés par toutes ces personnes éprises de nature! Mais faut-il permettre d'aller n'importe où, n'importe comment au nom de la nature domestiquée ?

- Pour moi, il y a comme une vitre, un prisme, un kaléidoscope entre le monde et moi ! Je me rends compte que mon champ de vision est très limité, ma mémoire vacillante, ma capacité à me concentrer faible face à un paysage par exemple. J'ai du mal à ordonnancer tous les pixels d'une image et de lui donner du sens. Au point que parfois, le récit d'un voyage, la description d'un paysage avec des mots, me satisfait presque autant. Je rêve alors de nature et qu'est-ce que c'est beau !

- Vous me faites rire et pleurer avec vos états d'âme, vos besoins vitaux en matière de nature, ah c'est beau, c'est sauvage ... mais attention aux loups et aux ours, attention aux patous, attention au règlement du Parc, attention aux autres, aux sens uniques, aux pervers cachés derrière les arbres, attention aux vipères, aux bouses de vache .. attention à faire attention ! Bref, faites attention où vous mettez les pieds!
Et puis il faudrait peut-être demander l'avis à ceux qui habitent un demi sous-sol dans une ruelle sans soleil et qui ne jouissent que des brindilles qui poussent entre les pavés. Moi je vous dis, le besoin de nature est une affaire de classe !

- Naturellement ! Tiens ça fait aussi "La Nature elle ment" .. elle nous ment peut-être ou elle nous mène en bateau ! Les hommes ont donné des noms à chaque plante, chaque animal, chaque montagne, chaque lac, chaque type de roche ... mais la nature s'en fout.

- Alors moi je vous propose simplement d'opter pour une nature morte, dans un beau cadre, à contempler sans limites et sans état d'âme ... la nature, la vraie, si elle existe, m'a exterminé ! Et toi ?

- Je vous emmène, si je le pouvais, à bord de l'ISS, sur fond d'encre noire, à contempler notre bonne Terre . La nature réduite à une boule ... un peu de bleu, un peu de blanc, des ocres, parfois quelques lumières ...

- Bonne idée et si on essayait en attendant de nous réconcilier avec la nature humaine ? ... même si là il y a aussi encore de quoi discutailler !
-------------------------
esquisse d'un ...
Texte pour une chanson ?
... et un dialogue en forme d'appel

Je veux juste que tu me comprennes
Je voulais juste te dire
Tu ne m'écoutes pas
Tu ne me comprends pas
C'est la même chose quand toi..
Moi aussi j'ai besoin de nature
Toi c'est pas pareil, tu as, tu vas, tu vois
Mais ça n'a rien à voir
Je t'explique seulement
Tu m'as dit, alors je t'ai répondu
Tu te rappelles pas
Je ne peux rien te dire
Mais pourquoi tu te fâches
Si tu avais dit
Tu aurais pu dire, alors
C'est toujours la même chose
Mais je t'aime