http://www.habiter-autrement.org News

Tendances

 


Précédente Accueil Remonter Suivante
 

21-03-2014  

La micro-irrigation au secours

des pays en voie de développement

A l’occasion de la Semaine Mondiale de l’Eau, un éclairage sur des technologies appropriées d’irrigation qui aident des paysans d’Afrique et d’Asie à sortir de la pauvreté. Des innovations techniques mais aussi sociales qui démontrent l’intérêt d’investir d’urgence en direction de la petite agriculture familiale du Sud pour répondre au défi de la faim.

reportagesur le travail d'IDEI "l'eau c'est la vie"

présentation du Jardin Potager Africain

 

Ce soir, près d’un milliard de personnes vont aller au lit affamés. Avec les sécheresses et inondations des derniers mois, la pression foncière et la crise de l’eau, les prix des denrées alimentaires de base qui atteignent des sommets, ce chiffre de la faim n’est pas prêt de descendre comme le soulignera encore la FAO lors de la Journée Mondiale de l’Alimentation 16 Octobre prochain.

Source:

http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/agriculture/221137077/micro-irrigation-secours-pays-voie-

 

Le G20 Agricole qui s’est tenu à Paris en Juin dernier a publié un plan d’action pour que la production agricole mondiale puisse augmenter de 70% dans les 4 prochaines décennies pour répondre au défi de nourrir 9 milliards d’individus en 2050.

Ce développement agricole doit d’abord toucher les millions de petits fermiers pauvres des pays en voie de développement qui ont moins de deux hectares, eux qui représentent plus de la moitié de la population active mondiale et une majorité de la population la plus pauvre de la planète.

 

Une des principales contraintes que connaissent ces paysans est un accès à l’irrigation inexistant ou non adapté. Ils dépendent donc souvent d’une seule récolte pluviale à faible rendement et exposée aux aléas climatiques. La promotion d’équipement d’irrigation peu chers et adaptés aux petites surfaces agricoles pourrait être la solution pour sortir de la pauvreté des millions de familles rurales.

 

Le Jardin Potager Africain(1) développé par l’Institut de Recherche Internationale sur les Cultures des Tropiques Semi-Arides (ICRISAT) conjointement avec le Centre International des Légumes (AVRDC) a déjà permis d’aider plus de 2500 groupes paysans au Sénégal, Burkina Faso, Niger et Benin. Les paysans dans la région Sub-saharienne ont des cultures pluviales comme le mil, avec une saison des pluies de 3 a 6 mois. Les pluies étant très variables d’une année sur l’autre, leur agriculture est très risquée et rapporte peu. Seulement 4% des terres arables sont irriguées en Afrique Sub-saharienne. Dans une région où les récoltes sont anéanties deux fois tous les 5 ans, l’utilisation de la micro irrigation aide à avoir une seconde saison agricole et d’avoir de meilleurs revenus avec des produits recherchés comme les légumes et les fruits. Ceci aide aussi à diversifier le régime alimentaire et améliorer la nutrition de ces familles.

 

Plus de récolte et d’argent par goutte d’eau

L’AMG est un kit de goutte-à-goutte à basse pression pour la production de légumes sur une surface de 500m². En appliquant juste ce qu’il faut d’eau, directement au niveau du système racinaire des plants, on fait une économie d’eau jusqu’à 80% par rapport aux pratiques traditionnelles. Avec cet arrosage de précision, il y a moins d’adventices, moins de maladies, ce qui veut dire moins de travail, et moins d’engrais et de pesticides à appliquer. Comme ce système fonctionne à basse pression, il faut moins d’énergie pour pomper l’eau jusqu'au réservoir qui n’est qu’à une hauteur d’un mètre. Une évaluation récente d’ICRISAT a montré que les rendements peuvent doubler avec cette irrigation et que les paysans recouvre rapidement leur investissement initial, en 15 mois pour un jardin potager individuel de 500 m² et 5 mois pour un système communautaire de 5000m².

 

Avoir accès à des variétés améliorées et diverses de légumes, et un conseil agricole approprié est essential pour que l’impact économique de l’AMG soit maximal. La culture de légumes tolérants à la chaleur comme les variétés précoces d’okra permet à l’agriculteur d’utiliser de manière efficace les rares ressources en eau puisque les fruits sont formés en peu de temps. Les utilisateurs d’AMG peuvent faire un profit de 1000$ par an à partir d’une surface de 500m², dans une région où le salaire journalier moyen est d’environ un dollar.

 

Cette technologie est très accessible pour les femmes et peut les aider à gagner une autonomie économique. J’ai en exemple un groupe de 120 femmes sans terre au Niger qui a reçu l’usufruit d’une parcelle de mauvaises terres communales. Elles ont installé ce système de goutte-à-goutte et ont pu obtenir de cette parcelle, inutilisée auparavant, revenus et aliments riches sur le plan nutritionnel.

 

Un des problèmes avec l’AMG est l’énergie requise pour pomper l’eau. Sur les premiers projets, les paysans utilisent des pompes diesel mais le coût de fonctionnement devient prohibitif. L’utilisation de sources d’énergie alternatives comme le solaire doit être exploré. Avec la chute des prix des panneaux photovoltaïques ces dernières années, le pompage d’eau solaire devient abordable. L’ONG SELF a développé une variante solaire de l’AMG avec ICRISAT au Bénin et les premiers résultats sont prometteurs.

 

L’AMG et sa version solaire démontrent le potentiel de la micro irrigation pour réduire la pauvreté et l’insécurité alimentaire en Afrique Sub saharienne. Mais comment peut-on disséminer à grande échelle cette technologie à travers l’Afrique ? La réponse est peut être en Inde.

 

Faire la promotion de la micro irrigation avec des films Bollywood

International Development Enterprises India (IDEI), une ONG Indienne, a déjà disséminé des équipements de micro irrigation tels que des pompes à pédales et des goutte-à-goutte à faible pression à plus d’un million de familles paysannes à travers l’Inde.

IDEI a développé différentes technologies de micro irrigation dont le design est conçu pour être d’un prix abordable pour les paysans gagnant moins d’un dollar par jour, et adapté aux petites parcelles sans compromettre la qualité. Une pompe à pédale manufacturée localement coûte 12 à 13$. IDEI donne une garantie d’un an et assure un service de maintenance local. Les systèmes de goutte-à-goutte peuvent être customisés pour des parcelles de 20m² (jardin potager de 50 plants) à 1000m².

 

En moyenne, le paysan achetant l’équipement de micro irrigation gagnera un revenu additionnel de 400$ sur une parcelle de 1000m². Avec une durée de vie de plus de 8 ans pour les pompes à pédales, et au minimum de 3-4 ans pour le goutte-à-goutte, il y a un impact durable pour ces paysans comme Chandrabagha et sa famille de six à Jalgaon, dans le Maharashtra. Elle a investi dans un kit goutte-à-goutte d’IDEI pour doubler leurs revenus en produisant en saison sèche des légumes sur leur parcelle de 2000m², alors qu’avant ils dépendaient uniquement d’une récolte pluviale de coton.

 

Mais l’innovation la plus remarquable d’IDEI n’est pas technologique. C’est leur façon de communiquer à grande échelle leur marque KB “Krishak Bandhu” (qui signifie l’ami du paysan) auprès d’une population rurale isolée, pauvre et peu éduquée.

IDEI produit ses propres films de style Bollywood avec des acteurs locaux connus pour illustrer dans un scénario chantant et haut en couleur comment une pauvre jeune fille paysanne échappe à la pauvreté grâce à la micro irrigation. Avec un camion équipé projetant du cinéma plein air au milieu des villages, IDEI génère l’intérêt initial du fermier. Il veut en savoir plus sur l’irrigation KB. L’équipe locale d’IDEI assure les jours suivants des campagnes d’information en rickshaw et des démonstrations sur les marchés.

 

IDEI développe aussi une filière locale d’approvisionnement en identifiant et formant des entrepreneurs individuels (ateliers de fabrication, vendeurs et techniciens villageois) pour fabriquer, vendre, installer et assurer un service après-vente de proximité. Cette approche décentralisée stimule l’économie locale et assure aussi l’appropriation de la technologie par les communautés.

 

La clé du succès est de considérer le paysan pauvre comme un client et un agro entrepreneur et non toujours comme un bénéficiaire d’un programme d’aide. Un soutien financier est nécessaire au début pour créer une demande locale et mettre en place la nouvelle filière économique. La vente des équipements d’irrigation KB donne du travail à la manufacture locale, au vendeur et au technicien villageois, qui vont tout faire pour s’assurer que cet équipement KB augmente les revenus du paysan car cela signifiera plus de business pour eux. Une approche durable de l’aide au développement qui peut créer un grand impact social et environnemental.

 

L’ impact du Jardin Potager Africain et de Krishak Bandhu sur les vies des paysans pauvres démontre que la communauté internationale et les gouvernements du Sud devraient concentrer leurs efforts sur des solutions adaptées aux conditions de la petite agriculture familiale des pays en voie de développement et émergents pour réduire le problème de la faim de manière significative. Une seconde révolution verte avec des solutions locales et durables pour répondre au défi de nourrir 9 milliards de personnes à l’horizon 2050.

International Development Enterprises India (IDEI), une ONG Indienne, a déjà disséminé des équipements de micro irrigation tels que des pompes à pédales et des goutte-à-goutte à faible pression à plus d’un million de familles paysannes à travers l’Inde.

http://www.ide-india.org/

 

" Le monde ne sera sauvé que par des insoumis " André Gide.

 

--------------------------

Portal:Appropriate technology

http://www.appropedia.org/Portal:Appropriate_technology

Festival International du Film d’Environnement 2013 : 140 films d’une trentaine de pays en compétition 19 au 26 Février 2013 A Paris au Cinéma des Cinéastes longs, moyens et courts métrages, documentaires et fictions, destinés à sensibiliser le grand public aux enjeux environnementaux, sociaux et humanitaires et au développement durable

http://www.iledefrance.fr/festival-film-environnement/le-festival/

Ecothèque, la médiathèque virtuelle du développement durable

http://www.ecotheque.org/

FReDD est un festival scientifique annuel, du développement durable  destiné à un large public qui associe à la présentation de documents audiovisuels abordant les thématiques

http://blogs.univ-tlse2.fr/fredd/

 

HOME un film de Yann Arthus-Bertrand - YouTube

http://www.youtube.com/user/homeprojectFR

http://home-2009.com/fr/

 

 

 Contact pour envoyer votre contribution:  < lreyam <(at)> gmail.com >(fichiers word, pdf, , textes, images, vidéos, références, contacts, bibliographie, lien ... )Précisez bien la page (titre, dossier, adresse URL via "Propriétés" dans votre navigateur)
 
 Vos commentaires :

 





 

up