http://www.habiter-autrement.org News > Architecture  

Tendances


 


Accueil Remonter Suivante
 

   

La maison du divorce

"Sea, sex and sun" est une maison témoin de situations possibles où s'y négocient des relations humaines, s'y assemblent des fragments de vie et d'espace, s'y projettent temporairement des pratiques imprévisibles.

 Source: http://www.aimerlarchi.culture.fr/decouvrez/pratique/habiter.php

 

Le nom de la maison de Veules-les-Roses trouve son origine dans son usage par une famille recomposée et par sa forme «primitive» – c’est-à-dire quatre murs plus un toit : l’«abri» tel que le sens commun l’imagine. Cette forme est détachée du sol par une dalle en béton et semble flottée. Elle semble s’arracher de son site. Elle pourrait être nulle part et partout. Ce double divorce avec l’idée de maison immuable constitue une nouvelle tendance dans nos nouvelles façons d’habiter. La famille unitaire est de moins en moins le modèle demandé. La flexibilité des ménages (travail et sentiments) engendre celle de l’architecture.

 

Les architectes se sont concentrés sur la trilogie «économie - usage - satisfaction». Le budget très restreint leur a donné l’occasion d’utiliser des matériaux «pauvres» tel que le bois, le polycarbonate… L’aménagement de la maison sur le site évoque le stationnement de deux mobiles homes côte à côte, sur une surface de 30 m de long sur 3 m de large. Ces deux unités peuvent s’articuler et se déplacer grâce à des rails. La maison peut former un tout ou être fragmentée. Elle s’adapte à l’évolution de nos modes de vie toujours en mouvement.

Une maison aux dimensions modestes, avec un budget rétréci, qui reflète une situation contemporaine :

 

La maison du divorce, Veules-les-Roses (76).

Architectes : Archi Media (Fiona Meadows & Frédéric Nantois)

 

archi media (association créée à Paris en 1992 avant un séjour de 2 ans au Japon)
Pour Fiona Meadows et Frédéric Nantois, la conception de projets d'architecture, la réalisation d'installations artistiques, la production de vidéos, ou l'enseignement et la critique sont les supports d'une réflexion sur la théorie et la pratique de l'architecture aujourd'hui. Depuis dix ans, ils développent un travail dont l'objectif pourrait être résumé à la recherche d'un nouvel ancrage pour la réflexion architecturale dans la société. De là leur intérêt pour les médias qu'ils considèrent autant en tant qu’outils que comme un ensemble de pratiques et de notions importantes à aborder sous un angle expérimental et critique.

 

Les principales réalisations vidéos sont Fabula rasa (2002), Bo-Bo (2001), La maison du divorce (2000), Architecture ? (1999), Spaces of Non Memory Places (1997-98), Tentative d’épuisement d’un lieu (1996) et le cdrom Dérive, la ville comme un hypertexte (1995). Ces réalisations ont été présentées dans des festivals vidéos : 8ème Biennale de l’Image en Mouvement de Saint-Gervais à Genève en 1999, à la Vidéonale de Bonn et au Musée d’Art Moderne de Francfort en 1998, et dans les expositions "Sans commune mesure" au CNP et au Musée de Villeneuve d’Ascq en 2002, "Cities on the move" au Louisiana Museum, Copenhague, Hayward Gallery, Londres, Kiasma, Helsinky, Bangkok de 1998 à1999, "1ère Biennale de l’Image" à ENSBA, Paris, en 1998.

 

Les principaux projets d’architecture sont le Satellite nomade pour Lille 2004, URL 1 et URL 2 , K projects, la Maison du divorce / maison Bo-Bo, la Maison du divorce / Sea, sex and sun, la maison de Mario et la réalisation du jardin Datalande, la nature en histogramme conçu avec le groupe Talgo (archi media + Véronique Joumard et Olivier Leroi). Les projets d’archi media ont été présentés dans l’exposition Carrefour de la création au Centre Pompidou avril 2003, La galerie Duchamps 2003, Your House now 2003, Les maisons du bonheur, Paris, 2001, à Archilab, Orléans, 2001, au Festival International des jardins, Chaumont-sur-Loire 2001, à Segona estacio, Catalogne 2000, à Mutations, Arc en rêve, 2000, à Europan 4, NAI, Rotterdam 1998.

archimedia fiona meadows frédéric nantois

 

La maison du divorce / maison témoin 02 / sea, sex and sun

Source: http://www.synesthesie.com/benifallet/archimedia/archm.htm

La maison du divorce est l'expression d'une situation propre à la société actuelle dans laquelle cohabitent la recherche permanente de plus de cohésion et d'homogénéité et des revendications pour plus d'autonomie et d'individualisme. La maison est elle même depuis son origine un lieu construit autour de cette dialogique. Simultanément s'y organise une communauté autour de valeurs partagées et s'y forment des personnalités divergentes. Divorce et union en constituent des notions inséparables et y entretiennent une relation dynamique.

 

La maison du divorce est le titre d'un travail se développant à partir de projets de différentes natures : un triptyque vidéo, des installations interactives, des constructions, autant de réalisations constituant des projets témoins, chacun explorant une situation particulière.

La "maison témoin 02 / sea, sex and sun" pour Benifallet aborde les relations d'une part entre global et local et d'autre part entre espaces et fonctions, dans le cadre de la production d'un équipement habitable. Les matériaux de construction sont des palettes industrielles et des caisses à orange rappelant ce qui constitue une ressource économique importante de la région de Benifallet : les oranges, dont ici on ne conserve que l'expression la plus générique, des emballages de stockage et de transport en vue de leur consommation.

 

De chaque coté d'une paroi construite à partir de ces caisses, quatre habitacles (qui peuvent évoquer par leur profil une demi maison) peuvent être déplacés linéairement. Selon leur localisation et leur mise en relation, ils permettent de créer ce qui peut devenir un habitat plus ou moins grand et pouvant être occupé par une ou plusieurs personnes. Ces habitacles faits de matériaux légers sont eux mêmes, par les dessins imprimés qui les recouvrent ou les motifs qui les ornent, des témoins d'épisodes possibles d'une histoire domestique.

Sur le sol fait de palettes, différents objets (une piscine et des matelas pneumatiques, une table valise,…) attendent un usage que chaque habitant temporaire définit. Selon qu'ils se trouvent cachés ou exposés, ces mobiliers peuvent servir à un usage intime ou public, être détournés ou disparaître,…

 

"Sea, sex and sun" est une maison témoin de situations possibles où s'y négocient des relations humaines, s'y assemblent des fragments de vie et d'espace, s'y projettent temporairement des pratiques imprévisibles.

 

 

Accueil Remonter Suivante

up

 Contact pour envoyer votre contribution:  < lreyam <(at)> gmail.com >(fichiers word, pdf, , textes, images, vidéos, références, contacts, bibliographie, lien ... )Précisez bien la page (titre, dossier, adresse URL via "Propriétés" dans votre navigateur)
 
 Vos commentaires :

 





 

up