http://www.habiter-autrement.org News >

Tendances


 


Précédente Accueil Remonter Suivante
 

02-11-2015  

Agriculture urbaine

 Urban Agriculture

Community gardens à Brooklyn, urban farming, jardins partagés à Paris, minipotagers à Londres… Et si le bonheur n’était pas seulement dans le pré? Les expériences d’intégration de potager urbains se multiplient partout.... aujourd’hui, il y a au moins 10 fermes de plus de 1 hectare à New York et, à chaque coin de rue ou presque, on trouve des potagers sur les toits !

A Berlin, sur Moritzplatz, à un jet de pierre de l’ancien tracé du Mur, le Prinzessinnengarten - Jardin de princesse-, est déjà cité en exemple par les urban farmers et les locavores militants du monde entier.

L’AUP peut apporter une contribution importante à la sécurité alimentaire des ménages, en particulier durant les périodes de crise et de pénurie alimentaire. (FAO)

 

L’agriculture urbaine est un changement de mentalité et s’inscrit parfaitement bien dans une société plus verte. Il n’y a pas que le recyclage pour contribuer à la santé de notre planète et au futur de nos petits enfants. Moins de télévision pour plus d’agriculture, cela nous procurera une meilleure santé physique, psychologique, financière et environnementale voilà ce que vous propose l’agriculture urbaine.

 

Réduire l’empreinte carbone des fruits et légumes qu’on mange, faire des économies en temps de crise, s’assurer de consommer des produits bio et de saison… autant de raisons pour se mettre à jardiner. Aujourd’hui, plus besoin d’avoir de grands espaces. Une terrasse, un balcon ou un patio font l’affaire

 

Agriculture urbaine: Lubie de bobo, phénomène de mode, gadget pour verdir les perspectives d’architectes ou véritable enjeu d’autosuffisance alimentaire des villes? Depuis la France, l’idée semble plutôt saugrenue quoique pittoresque: quelques hurluberlus se présentent en bleu de travail, attaché-case dans la main droite, râteau dans la main gauche
https://villepermaculturelle.wordpress.com/

 

Agrovélocités - Plus de 12 000 km à vélo, à travers 18 pays, pour observer près de 150 projets d'agriculture urbaine : il fallait avoir un petit vélo dans la tête pour se lancer un tel défi. Pendant huit mois, trois étudiants, dont un Nazairien, ont sillonné l'Europe à la découverte d’expérimentations de pratiques agricoles en ville - Nous avions deux objectifs : rassembler l'information sur l'agriculture urbaine, et créer des passerelles entre les porteurs de projets. Des gens ont de très bonnes idées partout en Europe, mais ne pensent pas forcément à communiquer et à échanger leurs informations entre eux
http://www.terristoires.info/
Agrovélocités un voyage à vélo de 5 mois - articles de presse, articles scientifiques, vidéos, photos et sites web dans le but de mutualiser et de créer du lien entre les innovations techniques et sociales qu'offre l'agriculture en ville.
http://agrovelocites.org/
Conférence Agrovélocités, organisée par Nantes Ville Comestible et ECOS 

http://www.dailymotion.com/

 

Fermes urbaines : tour du monde des pionniers - Groupe One et Village Partenaire développent une expertise en matière d'agriculture urbaine, en accueillant dans le centre d'entreprises de Saint Gilles (Bruxelles) des entrepreneurs de ce secteur en plein essor. On y trouve un producteur d'insectes, des cultivateurs de champignons sur marc de café, apiculteurs, maraichers, etc.
http://fr.slideshare.net/groupeone/fermes-urbaines-tour-du-monde-des-pionniers

http://www.groupeone.be/

 

Agriculture urbaine - Pour devenir agriculteur urbain à la maison

18 façons et trucs connus et moins connus pour vous aider à produire et à consommer votre propre nourriture

http://www.agriculteururbain.com/

Réseau d'agriculture urbaine au Québec

http://www.agricultureurbaine.net/agriculture-urbaine/

Alternatives des Jardins sur les Toits

www.rooftopgardens.ca

Ferme écologique et cuisines collectives

www.rccq.org

Slow Food Québec (une approche écogastronomique diversifiée, conviviale et éthique) |

http://www.slowfoodmontreal.com/sfmtl/slow-food-au-quebec/

En Argentine, les habitants cultivent pour sortir de la crise

http://www.slowfood.fr/les-potagers-anti-crise

The Little Veggie Patch (« un petit coin de potager ») propose une formule unique et pratique pour développer les jardins urbains. Cette entreprise recycle les caisses de pommes et les livre sous forme de mini-jardins.

http://www.greenetvert.fr/

Jardins et Potagers Urbains - Promouvoir l’écologie urbaine en proposant des concepts innovants de jardinage urbain
http://jardinpotagerurbain.wordpress.com/
Agriculture sur les toits : une solution innovante pour cultiver en pleine ville
https://www.youtube.com/watch?v=Sz6xt5J33Dw

------------------------------------------------

Voici les 18 façons et trucs connus et moins connus pour vous aider à produire et à consommer votre propre nourriture  (de www.agriculteururbain.com/)

 

1) Hydroponie : Malheureusement cette technologie est associée à la culture de marihuana, mais la majorité des serres commerciales qui produisent des légumes sans insecticides et sans pesticides utilisent cette technique. L’hydroponie est idéal pour produire vos laitues, haricots, tomates, concombres, poivrons et bien d’autres à très peu de frais. En effet, après vous être procuré l’équipement de départ, il vous en coûtera presque rien à produire des légumes de grandes qualités.

 

2) Poulailler urbain : très connu mais très peu utilisé, dû aux lois municipales et la peur des gens d’être contaminés par des bactéries. Les poules demandent une maintenance quotidienne mais elles sont affectueuses et procurent votre apport en protéine. C’est prodigieux la quantité de recettes que l’on peut faire avec des œufs et c’est tellement savoureux. Quoi de mieux que deux œufs pour démarrer une journée.

3) Conservation des aliments : On a tous vu un jour notre grand-mère ou un parent proche préparé des pots de conserves. La mise en conserve fait partie des tâches annuelles ou mensuelles de l’agriculteur urbain car cette tâche a, entre-autre, pour but de réduire la consommation d’emballages. Il existe plusieurs techniques dont une peu souvent utilisée dans les foyers; la déshydratation.

 

4) Alimentation vivante : C’est aussi un autre phénomène très en vogue. Ce nouveau mode d’alimentation a pour effet de réduire notre consommation énergétique pour la transformation des aliments tout en s’alimentant très sainement. En cultivant vos fruits et légumes, vous aurez tendance à manger plus souvent cru naturellement.

 

5) Tables de culture : Si vous n’avez pas de grande cour ou si vous n’êtes pas un adepte de travailler à quatre patte dans votre jardin, procurez-vous des tables de culture. Elles faciliteront votre tâche en réduisant le nombre de mauvaises herbes et si vous utilisez une bonne qualité de terre vous aurez une bonne production de légumes. C’est parfait pour les laitues, les fines herbes et les pousses comme l’herbe de blé qui sont riche en éléments nutritifs essentiels .

6) Goutte à goutte : Pour vous faciliter la vie avec l’arrosage, procurez-vous un système de goutte à goutte avec une minuterie pour vos jardins et vos tables de culture.

 

7) Le fameux Smart Pot : En utilisant ce type de contenant vous produirez jusqu’à 25% plus de fruits et légumes parce que le Smart Pot est très bénéfique sur la croissance des racines. Il y en a de toutes les grosseurs et de plusieurs formes. Jardins urbain, fines herbes, salades

 

8) Des fines herbes à l’intérieur : Tout près de votre fenêtre, installez des petits pots pour vos fines herbes, elles poussent bien à l’intérieur et parfume votre cuisine de bonnes odeurs.

 

9) Vermi-Compost : Tout bon agriculteur urbain se doit de produire son propre compost. Il y a plusieurs techniques, informez-vous sur les différents conseils, c’est plus facile que vous le pensez et c’est inodore. Le vermi-compost vous permet de produire à l’intérieur dans le cas où vous n’avez pas d’espace extérieur.

 

10) Un jardin écologique dans sa cour : Si vous êtes un passionné du jardinage, prenez le temps d’apprendre des trucs écologiques pour éviter l’utilisation de pesticides, de fongicides et d’insecticides. Faites l’utilisation d’hôtels à insectes pour attirer vos alliés telles les coccinelles et les perce-oreilles et utilisez des plantes stratégiques telles la capucine, l’ortie et l’œillet d’inde. Aussi faites la découverte de la permaculture, une façon qui vous permet de réduire votre temps d’utilisation dans votre jardin et qui optimise vos récoltes.

 

11) Les champignons gourmets : Insérez des goujons inoculés de substrat de votre champignon gourmet préféré tel le shiitake et le pleurote dans des billots de bois franc comme l’érable ou le chêne. Gardez vos billots humides et vous produirez des champignons pour les 5 à 7 prochaines années.

agriculture sur fenêtre

 

12) Attirez les abeilles : Si vous vous lancez dans la production de miel comme loisir et non en termes de production commerciale, vos voisins seront sûrement heureux. En plus, de produire votre miel ou gelée royale, elles poloniseront les fleurs de votre entourage.

 

13) Arbres fruitiers : Troquez vos arbustes à fleurs pour des arbustes fruitiers. Ils vous produiront de très jolies fleurs avant de se transformer en fruits et vous aurez un festin à porté de main. Informez-vous sur les différentes variétés disponibles en fonction de votre climat. Faites pousser de nouveaux fruits comme des mini-kiwis, des baies d’argousier, des groseilles, des baies d’amélanchier, des baies de sureau, des camerises ou encore laissez-vous tenter par la production de noix avec des arbustes noisetiers. Certains préfèreront se pratiquer à produire du raisin pour leur futur vignoble. Attention aux oiseaux, ils adorent les petits fruits. Agriculture urbaine, jardin biologique

14) La chèvre : Si vous avez un grand terrain et que vous aimez les animaux domestiques vous serez ravi d’avoir une chèvre. C’est un animal domestique qui obéit au même titre qu’un chien. Vous pouvez même lui montrer à faire ses besoins au même endroit. L’avantage c’est qu’elle s’occupera de votre pelouse en échange de son lait de chèvre.

 

15) Cuisinez plus souvent : Le fait de cuisiner réduit les emballages des repas préparés que vous proposent les épiceries et en plus, vous ne consommez pas d’agent de conservation. Petit commentaire : La télévision décourage bien des gens avec toutes ces émissions de cuisine, arrêtez de vouloir être des chefs professionnels, l’important c’est de faire de son mieux et de bien manger. Préparez vos repas pour la semaine d’avance, vous éviterez des emballages et vous mangerez plus santé. Cuisiner en couple, entre amis ou en famille ça rapproche les gens, vous ne trouvez pas?

 

16) Récolter l’eau de pluie: Si vous ne le faites pas déjà, dépêchez-vous à vous procurer un baril d’eau et à modifier votre gouttière. C’est simple et facile à installer. Choisissez un récipient en hauteur où il vous sera facile de remplir votre arrosoir. Système aquaponique maison

17) Aquaponie: Le nec plus ultra de l’agriculture urbaine. Cette technologie qui nous vient principalement de l’Australie et des îles du Pacifique, vous permet de produire vos fruits et légumes tout en produisant des poissons propre à la consommation. C’est un mariage entre l’hydroponie et l’aquaculture. On peut faire l’élevage de tilapias, de truites, de barramundis, de perchaudes ou simplement des Koï ou des poissons rouges. C’est très simple d’utilisation et vous ferez pousser entre 4 à 10 fois plus de fruits et légumes que de la façon traditionnelle.

 

18) Serre de Jardin : Pour passionnés seulement! Si vous attrapez la piqûre, vous serez tenté de cultiver vos légumes à l’année. Une mini-serre de jardin de 10 pieds par 20 pieds pourra combler une bonne partie de vos besoins alimentaires. Si vous avez un poulailler urbain faites circuler l’air entre les deux, vous économiserez en chauffage, e plus le CO2 que les poules créent, fait le bonheur de vos fruits et légumes. Toujours dans le but d’économiser des frais de chauffage, annexez la mini serre de jardin à votre demeure sur le côté sud.

Serre de jardin résidentiel, serre de jardin, serre de jardin maison. Ça fait beaucoup de possibilités, mais commencez un pas à la fois, trouvez-vous une passion ou même une spécialité. Prenez votre temps, commencez par vous informer en consultant des livres, en participant à des forums ou en bénéficiant d’une formation qu’elle soit en classe ou en ligne.

 

------------------------------------------------------

Paris - Cultiver en pleine ville - Agriculture sur les toits : le toit d'AgroParisTech a été transformé en véritable jardin par l'association Potager sur les toits. L'ingénieur "Agro" Nicolas Bel y mène des expériences pour cultiver en pleine ville. Cet espace, il rêve en effet de l'exploiter à des fins agricoles en valorisant les résidus organiques de la ville

https://www.youtube.com/watch?v=Sz6xt5J33Dw

Potager-de-balcon, pour cultiver un potager sur son balcon ou en appartement
http://www.potager-de-balcon.com/

------------------------------------------------------

Serres urbaines

A Montréal, les Fermes Lufa ont ouvert leur première serre commerciale urbaine : une ferme de 65 sur 45 mètres, installée au cœur de la ville, sur un toit qui va produire concombres et tomates. A l'intérieur, tout est automatisé, selon la luminosité, selon les besoins des légumes. On peut contrôler la température, les niveaux de lumière, l'humidité, le tout grâce à un système informatique.cC'est la culture bio qui est privilégiée. Des bourdons polonisent les plantes et des coccinelles remplacent les pesticides. Pas de transport, pas d'emballage, pas de réfrigération. Un petit panier de légumes pour 15,4 euros par semaine. Des tarifs semblables à ceux des épiceries.... La conscience écologique en plus.

https://www.youtube.com/watch?v=Iqe-o0Sk07c

Projet de ferme verticale hydroponie, aquaponie

https://www.youtube.com/watch?v=eUMoMns3Fg8

 

Greentop - Portail de l'agriculture urbaine - Agence de conseil en Agriculture Urbaine - Potager urbain, ferme urbaine, cultures hors sol, Agri-Cube

http://greentop.fr/

 

Agriculture urbaine, vers une réconciliation ville-nature, sous la direction d’Antoine Lagneau, Marc barra et Gilles Lecuir – Natureparif – Le Passager Clandestin – 18€ - Un concentré d utopies concrètes pour aménager et nourrir la ville, reconnecter le citadin à la nature et répondre au défi climatique. Enjeu environnemental, social et économique, l agriculture urbaine redessine la ville en proposant un nouvel imaginaire. Lentement, nous assistons à une réconciliation entre le citadin et la nature par le biais d une cité qui (re)devient comestible.
http://www.eco-quartiers.fr/
Faire de Bâle une ville comestible : c’est le but d’Urban agriculture, un réseau qui fédère une trentaine d’initiatives de citoyens soucieux de la qualité de l’alimentation - Un mouvement bottom-up ou grass-root-movement
http://urbanagriculturebasel.ch/
Agriculture urbaine à Montréal... ressources Fiches techniques et conseils horticoles
http://agriculturemontreal.com/
Casablanca / Maroc :L'agriculture urbaine comme facteur intégratif d 'un développement urbain optimisé au climat ... Agriculture Urbaine + Industrie - Agriculture Urbaine + Habitat Informel, Agriculture Urbaine + Tourisme - Agriculture Urbaine + Production Alimentaire Saine - Urban Agriculture as an Integrative Factor of Climate-Optimised Urban Development, Casablanca / Morocco
http://www.uac-m.org/fr/accueil/

 

------------------------------------------------------

FERMES DE CUISINE

------------------------------------------------------

Que ce soit dans la cuisine, le salon ou ailleurs, des projets tels que l'Urban Cultivator, le Nano Garden, les Window Gardens, le Niwa Garden, le Biosphere home farm, les vertical edible walls, le RiseBox visent la production alimentaire chez soi. De tels projets questionnent l'architecture mais aussi l'aménagement intérieur des espaces domiciliaires (ou institutionnels) et la création de mobiliers. Le Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AU/LAB) lance un défi à des équipes multidisciplinaires pour construire des prototypes de production alimentaire domiciliaire.
http://agriculturemontreal.com/

Risebox un potager vertical d’intérieur à 1290€ oct. 2015- un système aquaponique : des poissons et des végétaux se développent en symbiose au sein d’un écosystème en équilibre
https://www.risebox.co/
 
Nano Garden : le mini potager de cuisine par Hyundai aux allures d’un grand frigidaire ouvert, un petit jardin domestique ... permet de cultiver salades et légumes nains chez soi.

Canada-USA: Urban Cultivator indoor gardens can grow healthy and organic vegetables, herbs, and microgreens in any kitchen giving you access to fresh, organic microgreens and herbs year-round
http://www.urbancultivator.net/

Biosphere Home Farming from Philips designers
http://www.cityfarmer.info/
 

Serre rigide avec couvercle transparent le fond est chauffée afin de favoriser la germination et le bouturage 40€
http://www.indoorgardens.fr/
Tente de culture SilverBox 93€
http://www.indoorgardens.fr/

 

How to make your own low-tech vertical farm
http://www.lowtechmagazine.com/2010/

------------------------------------------------------

Agriculture urbaine... sur les toits (Pearltrees)

------------------------------------------------------

The Little Veggie Patch (« un petit coin de potager ») propose une formule unique et pratique pour développer les jardins urbains. Cette entreprise recycle les caisses de pommes et les livre sous forme de mini-jardins.

http://www.greenetvert.fr/

The Little Veggie Patch Co.... a successful business installing edible gardens: in polystyrene boxes on balconies, in crates you can put anywhere in your backyard, or by creating no-dig, raised garden beds.

https://www.youtube.com/watch?v=rafp0NUBU20

Littleveggiepatchco - The Club strives to bring the best of country life to the city; the city is a place we live, the country is the place we want to go…why not have both?
http://littleveggiepatchco.com.au/

 

Big money in worm waste This is one of the keystones of organic farming 22 dollars a bag
https://www.youtube.com/watch?v=iQxmmdbCYJY

Worm farming secrets  Join over 32,000 worm composters from around the world powering their gardening - Make Your Own Organic Fertilizer - Grow Bigger Healthier Plants Faster - Best Selling Ebook 20$ - Keep your garden 100% organic – learn how to make your own powerful organic slow release & liquid fertilizers using your new supply of worm castings!
http://www.wormfarmingsecrets.com/

 

10 façons de recycler ses sachets de thé
http://www.greenetvert.fr/

 

Agri-cube compact hydroponic unit produces 10,000 vegetables

https://www.youtube.com/watch?v=SN0bA5IxnqE

La société japonaise Daiwa House Industry a développé l'Agri-Cube, une unité hydroponique qui peut produire environ 10 000 légumes par an dans un environnement urbain. L’Agri-Cube est une solution simple d’utilisation qui ne nécessite pas de connaissances particulières. Elle utilise un dispositif d’éclairage fluorescent à hauteur variable, un système de drainage et de circulation des engrais, le tout associé à un système de contrôle de la température pour s’adapter automatiquement au climat. Les légumes sont disposés sur des étagères empilées. environ 55 740 €

http://hellobiz.fr/

Agri-Cube - Daiwahouse

http://www.daiwahouse.co.jp/

 

Agriculture urbaine dans le Benelux - Bonnes pratiques 2010
http://www.benelux.int/FlippingBooks/stadslandbouw_fr/files/assets/downloads/publication.pdf

Exemples d’agricultures urbaines: Russie, Cuba, Argentine
http://www.ecologie-urbaine.org/Agriculture-urbaine.html

 

FAO - L’agriculture urbaine peut apporter une contribution importante à la sécurité alimentaire des ménages, en particulier durant les périodes de crise et de pénurie alimentaire. L’agriculture – qui comprend l’horticulture, l’élevage, la pêche, la sylviculture et la production de lait et de fourrage – s’étend de plus en plus aux villes. L’agriculture urbaine fournit des aliments frais, génère des emplois, recycle les déchets urbains, crée des ceintures vertes, et renforce la résilience des villes face au changement climatique.
http://www.fao.org/urban-agriculture/fr/

 

MANUEL DESTINÉ AUX PROFESSEURS, PARENTS ET COMMUNAUTÉS

Créer et diriger un jardin scolaire Pour briser le cycle de la pauvreté et de la malnutrition, il est essentiel d’investir dans la nutrition et l’éducation. Dossiers à télécharger (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture )
http://www.fao.org/docrep/011/a0218f/a0218f00.htm
Jardin scolaire pour alimenter une cantine scolaire - les potagers scolaires, lorsqu'ils sont intégrés dans les programmes agricoles, nutritionnels et éducationnels nationaux, permettent d'améliorer le niveau nutritionnel et éducationnel des écoliers et de leurs familles dans les zones urbaines et rurales  des pays en développement - Le choix des cultures - L’outillage - L’implantation - La préparation du sol - Le semis - La plantation - L’irrigation - L’entretien - Le paillage - Le compostage
http://manuels.asso.free.fr/bibliotheque/potager.pdf

 

La série AGRODOK est une collection de documents techniques simples et bon marché sur la pratique de l'agriculture durable à petite échelle - Les livrets sont destinés aux personnes qui travaillent directement avec les petits agriculteurs du Sud. Chaque livret fournit un cadre théorique sur un sujet particulier et explique ensuite en détail ses applications pratiques. Tous les Agrodok sont publiés en anglais, français et portugais, et certains sont également traduits en espagnol ou dans d’autres langues (en kiswahili, en hindi) - Books on Small Scale Sustainable Tropical Agriculture
http://www.agromisa.org/index.php?PageId=188

Agriculture-urbaine-culture-des-legumes-en-ville-agrodok24-pdf

http://www.fichier-pdf.

Plus de détails sur Habiter-Autrement ici: Agrodok

 

La permaculture au sein de l’agriculture urbaine : Du jardin au projet de société
http://vertigo.revues.org/9941

 

La Communauté de foresterie urbaine rassemble les acteurs du monde entier qui travaillent à promouvoir la foresterie urbaine et périurbaine. Cette plateforme interactive offre à ses utilisateurs l’opportunité de discuter, d’échanger de l’information et d’apprendre sur l’optimisation du rôle des arbres dans la lutte contre la pauvreté en milieu urbain.
http://km.fao.org/urbanforestry/accueil/accueil/fr/?no_cache=1

IUFRO - Forests play a vital role for rural as well as urban populations all over the world. They are an essential natural resource providing multiple benefits to people.
http://www.iufro.org/

 

La voix du paysan - Fiches techniques, bon à savoir
http://www.lavoixdupaysan.org/

Econ Farm Workshops - Central Florida gardening best-practices a great place to learn how to garden - Where to get dirt? - How to Compost?
http://www.simplelivinginstitute.org/econlessons.html

 

Des poules en ville, culture aquaponique, devenir apiculteur, construire son poulailler
http://www.agriculteururbain.com/

Des poules pour manger les déchets organiques - Une idée de Lydie Pasteau, maire de la commune de Pincé dans la Sarthe, qui décide d’acheter 62 poules pondeuses de Loué, et les proposer aux 206 habitants du villages. En mettant à disposition de ses habitants ces sympathiques volatiles, les élus leur offrent la possibilité de réduire les gaspillage et les frais de la commune liés au traitement des ordures ménagères. Les habitants pourront donc se fournir en oeufs frais et bio tout au long de l'année sans avoir à recourir aux grandes et moyennes surfaces - un couple de poules dont chacune peut avaler 150 kg de déchets organiques et pondre 200 œufs par an. A Mouscron, une agglomération belge de 50 000 habitants, à un bec de Tourcoing, l'expérience dure avec succès depuis deux ans.
http://www.chemin-des-poulaillers.com/

Easy DIY Aquaponics
http://www.easydiyaquaponics.com/

Le jardin d'Emilia Hazelip : culture de la Terre en synergie 3 petites vidéos à voir et à revoir pour rabibocher tous ceux qui sont déçus par les difficultés du "jardinage traditionnel" et pour donner l'envie de cultiver, soi-même, ses fruits et ses légumes sans herbicides, pesticides, engrais.
Emilia Hazelip, installée en France dans les années 90 nous en a démontré la viabilité
http://mon-potager-en-carre.fr/permaculture-3/culture-terre-synergie-emilia-hazelip-1123

Permaculture sans labours et sans pesticides
Principes de la Permaculture en Agriculture respectueuse de la terre. L'association "Las Encantadas" poursuit l'oeuvre et l'enseignement d'Émilia Hazelip inspirée par Fukuoka
http://www.youtube.com/watch?v=BH1v8Iz7cAs

Débuter un potager en carrés, un jardin vertical, kit du débutant - dossiers à télécharger
http://faire-un-potager.fr/telechargez/tous-les-secrets/

 

Diaporamas
L'agriculture Urbaine: un potentiel à exploiter
http://fr.slideshare.net/swalek/lagriculture-urbaine-un-potentiel-exploiter
Fermes urbaines : tour du monde des pionniers
http://fr.slideshare.net/

 

Des jardins dans la ville - Jardins partagés, jardinage collectif - Canada - 4:46
https://www.youtube.com/watch?v=dYLxL-z4fEU
La ferme alternative - Dans la série "Oser l'utopie avec et pour l'homme", présentation de l'activité agricole du Village Emmaüs Lescar-Pau. Les objectifs et les réalisations des compagnes et compagnons pour tendre à l'autonomie alimentaire.
https://www.youtube.com/watch?v=VNH6xdNswUI

Une ferme partagée en milieu urbain dans un container open top - U-Farm est un projet de serre hors-sol fonctionnant en aquaponie. Ce principe symbiotique permet d'autoproduire les nutriments pour la production végétale, tout en produisant du biogaz valorisé sur place. Conçue comme un jardin partagé, cette ferme a aussi une vocation pédagogique auprès des plus jeunes citadins - Un film de Damien Chivialle - 4:34
https://www.youtube.com/watch?v=gRQUJzuGEZg
U-Farm - Participez au projet: street solutions for growing food
http://www.20footurbanfarm.blogspot.ch/
Cootainer - Thinking out of the box - Damien Chivialle - designer
http://cootainer.gandi-site.net/

---------------------------------------------------------------------------

You Can Buy Happiness (and It's Cheap): How One Woman Radically Simplified Her Life and How You Can Too - Once, Tammy Strobel and her husband were living a normal middle-class lifestyle: driving two cars, commuting long distances, and living well beyond their means. Now they are living the voluntary downsizing — or smart-sizing — dream. In this book Strobel combines research on well-being with numerous real-world examples to offer practical inspiration. Her fresh take on our things, our work, and our relationships spells out micro-actions that anyone can take to step into a life that’s more conscious and connected, sustainable and sustaining, heartfelt and happy.
http://www.amazon.com/You-Can-Buy-Happiness-Cheap/dp/1608680835

 

Incredible Edible ou incroyables comestibles en français est une expérience communautaire qui consiste en la mise à disposition gratuite, dans de petits potagers disséminés dans les villes et les campagnes, de légumes cultivés par les volontaires participant au mouvement. Todmorden est connue pour être la première ville à avoir lancé l'initiative en 2008. Au départ de cette petite expérience d'autosuffisance alimentaire est donc né le mouvement qui prend une ampleur internationale
http://fr.wikipedia.org/wiki/Incredible_Edible

Incroyables Comestibles France - Transformer les ville en potagers gratuits
http://www.incredible-edible.info/

C’est de Todmorden, une petite ville du nord de l’Angleterre, qu’est parti le mouvement des "Incroyables Comestibles" (Incredible Edible) : En 2008, une poignée d’activistes envahit le bitume de bacs de plantations : sur les trottoirs, dans la cour du collège, devant l’hôtel de police, sur les parterres de l’hôpital…Aujourd’hui, chaque citoyen cultive un carré de terre, et offre aux passants sa récolte. L’espace public s’est changé en jardin potager, géant, gratuit. En moins de 3 ans, la ville est parvenue, avec ses 14.000 habitants, à atteindre 83 % d’autosuffisance alimentaire. Les habitants se sont reconnectés les uns avec les autres, et avec la terre. Ils ont tourné la page de la compétition et du repli sur soi, pour faire le choix de la coopération et de la bienveillance envers chacun.
http://www.incredible-edible-todmorden.co.uk/

Incredible Edible is a community group dedicated to improving healthy eating, local community and working together
http://incredibleediblenetwork.org.uk/

Le travail totalement novateur d’autoproduction de l’alimentation locale des "Incroyables Comestibles de Todmorden" par la participation des habitants en coopération avec les forces économiques, associatives, éducatives et politiques du territoire, rendant possible cette autonomie alimentaire de la population :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=KGwrcVWI6bw#!
 

---------------------------------------------------------------------------------------

Minimalists - How many things do you own ?
http://www.theminimalists.com/
Live in Holland by Peter Doran - Free download
http://peterdoran.bandcamp.com/album/live-in-holland
La décroissance : travailler moins et dépenser moins - Ils gagnent donc moins d'argent, mais ne consomment que le nécessaire et privilégient la qualité de vie.
http://www.les-experts.com/
Vivre avec peu d'argent - la simplicité volontaire
http://simplicitevolontaire.bbfr.net/t1868-vivre-avec-peu-d-argent
Bien vivre moins cher - profiter de la vie à petit prix
http://www.bien-vivre-moins-cher.com/
Eloge de la lenteur - Slow life
http://www.habiter-autrement.org/01_tendances/20_tend.htm

Mon autarcie est une expérience motivée par la curiosité, mais aussi le fait que dans un futur proche nous ne pourrons probablement pas faire autrement, sans pétrole... et j'ai la chance d'aimer un mode de vie de Robinson, comme d'autres aiment faire le tour du monde à la voile ou à vélo: je fais en permanence le tour d'un monde casanier..
http://monotarcie.blogspot.com/

 

---------------------------------------------------------------------------------------

 

L'Agriculture Urbaine

Source: http://collectivitesviables.org/articles/agriculture-urbaine/

L’agriculture urbaine désigne à la fois un ensemble d’activités agricoles pratiquées en milieu urbain, un mouvement citoyen de réappropriation de l’espace urbain à des fins alimentaires et un outil de développement durable pour les collectivités. Dans les pays en développement, elle constitue souvent une stratégie de subsistance alimentaire des ménages en situation de pauvreté alors qu’elle constitue davantage, dans les pays développés, une revendication citoyenne en faveur d’un meilleur accès à une saine alimentation et à des milieux de vie de qualité.

L’ÉVOLUTION D’UNE PRATIQUE

UNE ACTIVITÉ ESSENTIELLE QUI PERD DU TERRAIN

Les établissements humains ont depuis très longtemps intégré à leur tissu des espaces de production et de conservation alimentaires sans lesquels la vie urbaine et la société moderne n’auraient pas été possibles. Avec le temps, cependant, et malgré l’importance de ceux-ci pour nourrir une population grandissante, les villes se sont largement développées à même leurs espaces agricoles, entraînant une séparation toujours plus importante de l’habitat et de l’agriculture et une dépendance accrue envers le commerce extérieur. En matière de sécurité alimentaire, la délocalisation de la fonction nourricière rend les collectivités plus vulnérables en période de crise.

UNE RÉPONSE AUX CRISES SOCIOÉCONOMIQUES

Les périodes de crise ont d’ailleurs été propices au retour de l’agriculture au cœur de la ville. Ce fut le cas des jardins de la victoire, promulgués comme acte patriotique durant la Première Guerre mondiale pour lutter contre la pénurie alimentaire et à nouveau lors de la crise économique des années 1930. L’expérience de Cuba témoigne du fait que l’agriculture urbaine est un important maillon de la résilience des villes en cas de rupture d’approvisionnement en pétrole. Aujourd’hui, plus de 50 % des produits maraîchers consommés par les habitants de la Havane sont cultivés à l’intérieur de la ville (PDSA, 2001). Plus récemment, le contexte de déclin industriel et démographique vécu dans le mid-ouest américain (Détroit, Milwaukee, etc.) a mené à une importante réappropriation des terres urbaines vacantes à des fins de production alimentaire et de création d’emplois.

UN MOUVEMENT CITOYEN GRANDISSANT

Au Québec, à partir des années 1970, des groupes de citoyens s’organisent pour réclamer un meilleur accès aux espaces urbains et ce, afin de cultiver leurs propres aliments et de se rassembler. La création des jardins communautaires à Montréal et Québec découle largement de ce mouvement citoyen en faveur d’espaces partagés voués au jardinage, à la socialisation et au loisir. Dans les années 1990 et 2000, l’agriculture urbaine se développe également sous la forme de jardins collectifs mis en place par des organismes ayant une mission de lutte contre la pauvreté, de sécurité alimentaire et d’éducation à l’environnement. L’agriculture urbaine jouit d’une popularité grandissante au Québec depuis quelques années, comme en témoigne un récent sondage révélant que 42 % des Montréalais la pratiquent (Ville de Montréal, 2013).

LES FONCTIONS DE L’AGRICULTURE URBAINE

Les recherches récentes tendent à démontrer que l’agriculture urbaine est un outil multifonctionnel pour le développement durable des quartiers et des villes (Mougeot, 2006; Duchemin et collab., 2010; Ba et Aubry, 2011). Certes, l’impact de l’agriculture urbaine sur la qualité de vie et de l’environnement urbain dépend largement de l’envergure, de la localisation et de l’accessibilité des espaces productifs. Néanmoins, les nombreux bénéfices de l’agriculture urbaine sont de plus en plus reconnus.

FONCTIONS ALIMENTAIRES ET SANITAIRES

La production agricole urbaine contribue déjà à nourrir près de 800 millions de personnes sur la planète et représente 15 % de la production alimentaire mondiale (Smit et collab., 1996). L’apport en aliments issus de l’agriculture urbaine permet de réduire les dépenses alimentaires des ménages, mais également d’augmenter la consommation de fruits et légumes frais, notamment chez les enfants (Rauzon et collab., 2010). En plus de cette fonction alimentaire, la pratique du jardinage est considérée comme une activité physique modérée ayant des impacts positifs sur la santé (Relf, 1991; Armstrong, 2000; Brown et Jameton, 2000). En combinant activité physique et consommation de fruits et légumes, le jardinage contribue à l’adoption de saines habitudes de vie.


Les jardins communautaires et collectifs sont souvent des lieux d’intégration sociale et de responsabilisation (Boulianne et collab., 2010). Les jardins collectifs offrent des conditions favorables au renforcement des capacités d’agir des personnes (Courville, 2008) et à l’expression d’une citoyenneté active (Boulianne, 1999). Ce sont également des lieux d’éducation à l’environnement, à l’horticulture et à l’alimentation (Legault, 2011; Boulianne et collab., 2010). La présence d’un jardin communautaire dans un quartier pourrait améliorer la perception qu’en ont ses résidents (Gorham et collab., 2009).

FONCTIONS ENVIRONNEMENTALES ET PAYSAGÈRES

Les jardins contribuent à l’amélioration du cadre de vie (Reyburn, 2006) et du paysage urbain (Irazabal et Punja, 2009). Ils peuvent aussi être des éléments importants dans la mise en place de trames vertes à l’échelle de la ville. Grâce à leurs sols perméables, à leur biodiversité et à leur qualité paysagère, les jardins peuvent contribuer à la gestion écologique des eaux de pluie et des déchets organiques ainsi qu’à la lutte contre les îlots de chaleur urbains. Plus encore, la production alimentaire urbaine contribue à la lutte contre les changements climatiques par la réduction des émissions de gaz à effet de serre liées aux transports des aliments, pour la plupart consommés sur place.

FONCTIONS ÉCONOMIQUES

La contribution de l’agriculture urbaine à l’économie des collectivités québécoises demeure encore relativement modeste. La plupart des projets s’inscrivent dans le sillon de l’économie sociale et solidaire et ne mettent pas nécessairement en jeu des échanges marchands. Des projets de nature commerciale commencent toutefois à voir le jour et présentent un fort potentiel pour le développement de circuits courts de distribution alimentaire. Qu’ils soient communautaires ou commerciaux, les projets d’agriculture urbaine sont une vitrine importante pour les aliments locaux et les métiers de l’agriculture, métiers pour lesquels il manque justement de relève.

LES FORMES DE L’AGRICULTURE URBAINE

Au Québec, l’agriculture urbaine se caractérise principalement par des productions horticoles maraîchères et fruitières et, dans une moindre mesure, par des élevages à très petite échelle. Ces activités se déploient sur le territoire de manière différenciée en s’adaptant aux caractéristiques de la trame urbaine, du cadre bâti et de la végétation déjà en place.


LES JARDINS POTAGERS

Le potager en plein sol est l’une des formes les plus répandues d’agriculture urbaine. Qu’il soit situé dans la cour d’un bâtiment ou en plein champ, il a l’avantage d’avoir accès à la ressource fondamentale de l’agriculture : le sol. Les jardins communautaires et collectifs, parfois regroupés sous l’expression jardins partagés (Boulianne et collab., 2009), permettent de répondre au manque d’espaces privés cultivables dans les secteurs les plus denses de la ville. Ces jardins partagés peuvent être situés sur des terrains appartenant à la municipalité, à une communauté religieuse ou encore dans les emprises des lignes électriques. Aux jardins privés et partagés s’ajoutent les jardins publics (ou institutionnels) qui accordent parfois une place au potager à des fins démonstratives, ainsi que les jardins éducatifs, en milieu scolaire ou non, qui offrent explicitement des opportunités d’apprentissages aux membres de la collectivité. Les jardins de production, enfin, ont des visées davantage professionnelles et commerciales : ils s’apparentent ainsi aux fermes urbaines.

LES AMÉNAGEMENTS COMESTIBLES

Outre les potagers classiques, l’agriculture s’inscrit également dans le tissu urbain par le biais de différents aménagements utilisant des plantes comestibles et des arbres fruitiers à des fins ornementales et alimentaires. Aussi appelés paysages comestibles, ces aménagements visent notamment à réduire la place occupée par le gazon dans les terrains publics et privés afin d’accroître la biodiversité. À titre d’exemple, la fondation pour une Reconstruction harmonieuse de l’agriculture (RHA) a mis en place en 2013 des aménagements comestibles sur plusieurs terrains municipaux en Montérégie-Est afin de sensibiliser la communauté à des pratiques durables d’entretien des espaces verts urbains. Le mouvement des Incroyables Comestibles, qui vise à redynamiser les communautés grâce à un accès libre et gratuit à la nourriture, réalise également des paysages comestibles dans plusieurs villes du monde.

LES PETITS ÉLEVAGES

Moins fréquents que les productions végétales, les petits élevages de poules, de lapins, de poissons voire de chèvres sont tout de même présents en ville. Beaucoup de municipalités interdisent la présence d’animaux d’élevage dans les zones résidentielles, mais certaines d’entre elles choisissent plutôt de tolérer ou d’encadrer cette pratique réclamée par nombre de citadins. À Montréal, l’arrondissement de Rosemont–La-Petite-Patrie a autorisé en 2011 la mise en place de poulaillers communautaires à des fins éducatives en dehors de la zone résidentielle (R.R.V.M., c. C-10, article 35.2). Certaines villes, comme Curitiba ou Paris, expérimentent également l’utilisation d’herbivores pour l’entretien de terrains municipaux en alternatives à la tondeuse à essence.


LES TOITS JARDINS

Dans l’optique de tirer profit de tous les espaces disponibles des jardins aménagés sur des balcons ou des toitures plates, en contenants (pots, sacs, bacs, caissons, etc.) ou implantés directement au sein de toits végétalisés, sont apparus au cours des dernières décennies. Il existe plusieurs exemples, dont le toit de La Maison de Lauberivière ou celui du Centre culture et environnement Frédéric Back, à Québec, ou encore le Santropol Roulant à Montréal. Plus récemment encore, des complexes de serres chauffées ont été érigés sur le toit de bâtiments commerciaux et industriels. Le premier exemple du genre sont les Fermes Lufa à Montréal.

LES FERMES URBAINES

Rattrapées par l’étalement urbain, certaines fermes poursuivent pourtant leurs activités agricoles en milieu urbain ou périurbain. Pour s’adapter à la hausse des valeurs foncières et tirer profit de la proximité de la population, certaines fermes développent des stratégies de mise en marché innovatrices, des activités éducatives, agrotouristiques ou de réinsertion socioéconomique. Des formes inédites de fermes urbaines voient également le jour. Par exemple, à Kelowna en Colombie-Britannique, l’entreprise Green City Acres cultive 20 tonnes de légumes biologiques annuellement dans des cours arrière de propriétaires privés en échange de produits. C’est une variante de l’agriculture biointensive sur petites surfaces, connue en Amérique du Nord sous l’appellation spin farming.

LES AUTRES FORMES

L’agriculture urbaine est un véritable carrefour d’innovations sociales et techniques au croisement de plusieurs disciplines. C’est ainsi que se développent des systèmes hybrides combinant l’élevage de poissons et la culture hydroponique (aquaponie) ou encore l’architecture et l’agriculture (fermes verticales, bâtiments vivants). À Chicago par exemple, un ancien bâtiment industriel rebaptisé The Plant est actuellement transformé en véritable système de production alimentaire intégrant la production d’énergie, de légumes, de poissons, de champignons et de bière.

LES ENJEUX DE GOUVERNANCE

Les formes et les fonctions mobilisées dans le cadre des projets d’agriculture urbaine sont directement reliées aux objectifs et aux compétences des porteurs de projet, qu’il s’agisse de citoyens, d’organismes à but non lucratif, d’entreprises privées ou d’institutions publiques. Néanmoins, le succès de l’agriculture urbaine dépend fortement de l’accès au foncier, du soutien de la collectivité ainsi que de la planification et de la réglementation municipales. Ensemble, ces facteurs déterminent dans une large mesure quoi, qui et où il est possible de la pratiquer.

En effet, l’accès au sol est un enjeu de taille en milieu urbain puisqu’il s’agit d’une ressource limitée, dispendieuse et convoitée pour de nombreux usages qui entrent parfois en concurrence. Il revient aux administrations locales de déterminer judicieusement la répartition de ces usages en fonction des localisations les plus cohérentes pour les fins visées. Ces décisions ne peuvent pas se fonder uniquement sur les propositions émanant des promoteurs de projets qui, même s’ils sont bien intentionnés, n’ont généralement pas une vision d’ensemble du territoire et des besoins de la population.

En outre, afin de limiter les nuisances et de favoriser une cohabitation harmonieuse, il s’avère indispensable de bien définir les activités permises et les seuils d’acceptabilité. Il importe donc d’intégrer l’agriculture urbaine aux démarches de planification et aux réglementations d’urbanisme. Le défi est de taille puisque les municipalités doivent également montrer l’exemple en encourageant cette pratique s’inscrivant directement dans les objectifs de développement durable et de promotion des saines habitudes de vie. Heureusement, il existe de nombreux outils pour favoriser et encadrer l’agriculture urbaine.

Références :

ARMSTRONG, Donna (2000). « A Survey of Community Gardes in Upstate New York: Implications for Health Promotion and Community Development ». Health & Place, no 6, p. 319-327.

BA, Awa, et Christine AUBRY (2011). « Diversité et durabilité de l’agriculture urbaine : une nécessaire adaptation des concepts ? », Norois, no 221, p. 11-24.

BOULIANNE, Manon (1999). Agriculture urbaine, rapports sociaux et citoyenneté : le cas du jardinage biologique communautaire au Québec et au Mexique. Rapport de recherche. Cahiers du CRISES, Montréal : Université du Québec à Montréal. [PDF] 87 p.

BOULIANNE, Manon, Geneviève OLIVIER-D'AVIGNON et Vincent GALARNEAU (2009). Répertoire des jardins partagés des régions de Québec et Chaudière-Appalaches. Centre de recherche, d’information et de développement de l’économie solidaire, Québec : Université Laval, 72 p.

BOULIANNE, Manon., Geneviève OLIVIER-D'AVIGNON et Vincent GALARNEAU (2010). « Les retombées sociales du jardinage communautaire et collectif dans la conurbation de Québec ». Vertigo, vol. 10, no 2. [En ligne]

BROWN, Kate H., et Andrew L. JAMETON (2000). « Public Health Implications of Urban Agriculture ». Journal of Public Health Policy, vol. 21, no 1, p. 20-39.

COURVILLE, Ariane (2008). L’empowerment dans les jardins collectifs de Québec. Essai de maîtrise en santé communautaire, Québec : Université Laval. 143 p.

DESMOND, Daniel, James GRIESHOP, et Aarti SUBRAMANIAM (2003). Revisiting Garden Based Learning in Basic Education: Philosophical Roots, Historical Foundations, Best Practices and Productions, Impacts, Outcomes, and Future Directions, Sustainable Development Department, Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). [En ligne]

DUCHEMIN, Eric, Fabien WEGMULLER et Anne-Marie LEGAULT (2010). « Agriculture urbaine : un outil multidimensionnel pour le développement des quartiers ». Vertigo, vol, 10, no 2. [En ligne]

GORHAM, M.R., T.M. WALICZEK, A. SNELGROVE et J.M. ZAJICEK (2009). « The Impact of Community Gardens on Numbers of Property Crimes in Urban Houston », HortTechnology, no 19, p. 291-296.

IRAZÁBAL, Clara, et Anita PUNJA (2009). « Cultivating Just Planning and Legal Institutions: a Critical Assessment of the South Central Farm Struggle on Los Angeles ». Journal of Urban Affairs, vol. 31, no 1, p. 1-23.

LEGAULT, Anne-Marie (2011). Les jardins collectifs en milieu urbain : espaces d’éducation relative à l’éco-alimentation. Mémoire de maîtrise en sciences de l’environnement, Montréal : Université du Québec à Montréal. [PDF] 253 p.

MOUGEOT, Luc J.A. (2006). Cultiver de meilleures villes. Agriculture urbaine et développement durable. Ottawa : Centre de recherches pour le développement international (CRDI). [PDF] 137 p.

MURPHY, J. Michael. (2003). Education for Sustainability: Findings from the Evaluation Study of the Edible Schoolyard. Rapport préparé pour le Center for Ecoliteracy. [PDF] 8 p.

PARTENAIRES POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE [PDSA] (2001). « Cultivons la ville », Des gestes plus grands que la panse, Dossier 6. [PDF] 8 p.

QUÉBEC. INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE [INSPQ] (2009). Mesures de lutte aux îlots de chaleur urbain. Revue de littérature. Québec. [PDF]. 95 p.

QUÉBEC. MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L'ALIMENTATION [MAPAQ] (2013). Politique de souveraineté alimentaire. Québec : Gouvernement du Québec. [PDF] 52 p.

QUÉBEC. MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L'ALIMENTATION [MAPAQ] (2012). L’agriculture périurbaine et urbaine au Québec. État de la situation et perspectives. Québec : MAPAQ. [PDF] 30 p.

QUÉBEC. MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L'ALIMENTATION [MAPAQ] (s.d.). La multifonctionnalité de l’agriculture, Fiche d’information. [PDF] 5 p.

RAUZON, Suzanne, May WANG, Natalie STUDER et Pat CRAWFORD (2010). An Evaluation of the School Lunch Initiative. Rapport de The Dr. Robert C. And Veronica Atkins Center for Weight and Health, University of California. [PDF] 102 p.

REYBURN, Stefan (2006). Évaluation de la contribution de l'AU communautaire montréalaise à l'amélioration du cadre de vie. Thèse de doctorat, Montréal : Université du Québec à Montréal. [PDF] 248 p.

RELF, D. [Dir] (1991). The Role of Horticulture in Human Well-Being ans Social Development. A National Symposium. Portland (OR) : Timber Press. 254 p.

SMIT, Jac, Joe NASR et Annu RATTA (2001). Urban Agriculture: Food, Jobs and Sustainable Cities. United Nation Development Program (UNDP), Habitat II Series, vol. 1. [En ligne]

VILLE DE MONTRÉAL (2013). « Agriculture urbaine, Sondage auprès de la population de l’île de Montréal », Portail données ouvertes, Montréal. [En ligne]

VIVRE EN VILLE (2012). L’agriculture urbaine, composante essentielle des collectivités viables. Mémoire déposé dans le cadre des consultations publiques sur l’agriculture urbaine de Montréal. [PDF] 28 p.

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante

up

Contact pour envoyer votre contribution:  < lreyam <(at)> gmail.com > R.Mayerl

(fichiers word, pdf, , textes, images, vidéos, références, contacts, bibliographie, lien ... )Précisez bien la page (titre, dossier, adresse URL via "Propriétés" dans votre navigateur)

 

up