http://www.habiter-autrement.org News > Tendances  

Tendances


 


Précédente Accueil Remonter Suivante
 

26-03-2014  

Tours agricoles pour nourrir la planète 

Le jardin en étage

 

structure modulaire autoportante permettant le jardinage en étage

société Courtirey en Haute-Savoie - Jean-Claude Rey

http://www.courtirey.com/ 

 

 

Optimiser la culture dans les pays émergents

 

Les fermes verticales sur Wikipedia - une agriculture bio et de proximité ; Ces tours - selon leurs promoteurs - permettraient un meilleur contrôle de l'environnement des plantes, de réduire leur stress hydrique, d'offrir aux plantes ce dont elles ont besoin quand elles en ont besoin, en limitant donc fortement ou totalement les besoins en insecticides s, herbicides et engraiss chimiques. Les partisans de ces tours estiment que l'agriculture biologiques verticale serait probablement le mode de production et de stratégie de marketing le plus pratique. - un moyen de diminuer les consommation d'eau par l'agriculture ; Selon leurs promoteurs, l'environnement contrôlé de ces tours permet de recycler des eaux urbaines et d'économiser et recycler l'eau utilisée dans les cultures, dont en récupérant la vapeur produite par l'évapotranspiration des plantes. La ferme produirait des fruits et légumes par culture hydroponique ou aéroponiques (permettant de mettre plusieurs couches de cultures par étages), ainsi que des champignons comestibles et des algues toute l'année. Certains projets intègrent des animaux et produits animaux (poulets et des œufs, poisson ou cochon).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ferme_verticale

Fermes verticales dans les grandes villes - Ce projet est français mais il a pour origine les Etats-Unis. A New York, plusieurs serres ont poussé sur les toits même certains restaurants recyclent la chaleur produite par leur cuisine pour cultiver leurs fruits et légumes et revendent le surplus

http://jaivujailu.wordpress.com/2008/12/10/fermes-verticales/ 

Vertical Farms - Une ferme de 30 étages pourrait nourrir 50 000 personnes. Elle est prévue pour cultiver une centaine de variétés de fruits et légumes et contient des étages pour l'élevage de volailles ou l'aquaculture - La culture hydroponique qui est utilisée consomme 70 % d'eau en moins que la culture traditionnelle.

http://www.verticalfarm.com/ 

Les avantages de la ferme verticale

http://epautistes.coolbb.net/architecture-f1/ferme-verticale-t2731.htm 

Culture rotative étagée - Bacs suspendus contenant de la terre ou autre matière liquide ou solide pour une culture de différents légumes, fruits autres produits - bacs remplis de fluide, diverses matières pour des essais ou eau pour aquaculture - bac pour élevage de ver, petits insectes ou animaux de laboratoire

http://www.web-tam.eu/culture/ 

 

Les avantages du jardin à étage

  • Optimisation et contrôle de l'eau, qui est gérée en circuit semi-fermé.

  • Autonomie par énergie photovoltaïque (des panneaux sont positionnés sur le toit).

  • Surface au sol optimisée et travail amélioré.

  • Retour à la culture raisonnée de proximité.

  • Protection des cultures (à l'abri des pluies diluviennes et des insectes, grâce à des filets, serre).

  • Le concept est développé en unité de dimensions différentes pour des exploitations variées. Le plus petit pour particulier en appartement : "Jardin pour balcon". Ensuite : "jardin-villa", "jardin-village" et la tour agricole. Cette dernière peut s'élever jusqu'à 25 mètres.

  • La gestion informatique de l'ensemble des paramètres du jardin peut être intégrée avec un suivi via Internet. Mieux encore, la version domotique avec des systèmes automatisés qui assurent la gestion.

  • Tout est envisageable : maraîchage, pousses, semences, spiruline...

La première tour agricole devrait être installée à Toussiana au nord du Burkina Faso. Une commune rurale de quelque 17 000 âmes.

Deux prix, une médaille d'or... comme prévu, le jardin en étage de Jean-Claude Rey a impressionné le jury du 37e salon des inventions de Genève. "Un jardin en étages de 400 m² au sol équivaut à un jardin traditionnel de 1 500 m²"

 

Dans son petit atelier, trône la maquette d'un jardin qui devrait révolutionner l'agriculture en Afrique ! Bien que très réservé, Ramon Aliaga présente sa réalisation avec une juste fierté. Le projet était d'envergure, parti d'une «histoire incroyable». Celui par qui tout est arrivé est son beau-frère, Jean-Claude Rey. Il y a moins d'un an, il a conceptualisé un jardin en étage dont la fonction est d'optimiser la culture dans les pays émergents. « D'un cycle de culture, on passe à quatre dans l'année. Le concept s'avère aussi très adapté pour la culture des semis » relève-t-il.

Autant d'affirmations qui ont été validées par les premiers intéressés rencontrés au Burkina Faso, d'où Jean-Claude Rey et son neveu Didier Aliaga reviennent tout juste. « Nous avons contacté des petits maraîchers, les producteurs de coton et même les politiques locaux. Ils sont emballés ! »

Des perspectives de développement, notre inventeur les multiplie. « Aujourd'hui, il faut convaincre les financiers. » Premier outil : la réalisation d'une maquette.

 

Une maquette pour convaincre

« Une maquette, c'est au bas mot une dépense de 10 000€.» Jean-Claude Rey pense tout suite à son beau-frère Ramon, qui nourrit une passion pour la réalisation de maquettes de bateaux ou d'avions. Joaillier-bijoutier qui exerça durant plus de vingt ans chez Piaget à Genève, l'expert a relevé le défi ou plutôt les défis puisque ce ne fut pas une mais deux maquettes qu'il dut réaliser. « L'affaire n'était pas si simple car bien qu'ayant à sa disposition des plans très précis, il lui fallut trouver des solutions techniques, s'interroger sur les matériaux à utiliser et la manière dont elle devait être montée.» Durant plusieurs mois, Ramon s'isole 8 heures par jour dans son atelier qui tient du laboratoire avec tous les outils parfaitement alignés et son extrême propreté. Reflet de la personnalité !

 

Une affaire de famille

Il s'en tira avec maestria. Les maquettes sont réalisées comme de véritables bijoux, avec un souci du détail et une perfection dans la réalisation. La première fut de son aveu la plus compliquée à concevoir. « Il fallait faire fonctionner le système d'arrosage automatique, la récupération d'eau et le monte-charge.» Monique, son épouse, a aussi oeuvré à sa confection en trouvant les éléments figurant les plantes ou encore en dénichant les personnages qui sont à l'échelle. Le résultat est étonnant et permet de saisir immédiatement l'intérêt du concept du jardinage en étage. Jean-Claude Rey partage avec ses proches l'aventure et confie volontiers que sans le soutien discret de son épouse, Marie-Alice, il n'aurait peut-être pas tenter cette belle aventure.

-------------------------------------------------------------------

Le principe est simple : pour optimiser la culture et maîtriser les phénomènes extérieurs, il faut développer en hauteur plutôt qu'en linéaire. "Un jardin en étages ou tour agricole de 400 m² au sol est équivalent à un jardin traditionnel de 1 500 m²". Autre fondamental, l'unité est complètement indépendante.

Pour comprendre les subtilités du concept, il faut suivre Jean-Claude Rey dans un descriptif pointu qui révèle un système complexe pensé dans le moindre détail. "L'eau est gérée en circuit semi-fermé. Dans la partie basse, est aménagé un réservoir. Via une pompe alimentée par l'énergie produite par les panneaux photovoltaïques, elle est distribuée au pied de chaque plant au compte-gouttes. Récupérée, l'eau est ensuite renvoyée dans la citerne après filtration". Même gestion rationnelle de la terre qui est conditionnée dans des bacs d'un mètre par 0,60 de large contenant 0,40 de hauteur de terre. L'utilisateur peut les placer et replacer en fonction de l'évolution des cultures, voire mettre au repos la terre. "Ils sont alors entreposés dans la partie basse, dans un espace à l'abri de la lumière".

 

La lumière justement : un puits central permet un "arrosage" optimum. Inversement pour limiter la brûlure des rayons du soleil, voire les effets d'une pluie trop agressive ou l'appétit glouton d'insectes volants... des filets protecteurs sont positionnés.

Conclusion : "Ce concept est un moyen moderne, économique, biologique et durable du travail de la terre à l'ancienne avec un retour vers une agriculture raisonnée de proximité". Et surtout vraie gageure pour les pays africains, il permet de multiplier par quatre les cycles de culture.

 

La présentation de son "bébé" au grand public n'est qu'une étape dans la stratégie de lancement pensée par Jean-Claude Rey et ses proches. Car derrière le projet, toute la famille Rey fait bloc. Épouse bien sûr, mais aussi sœur, beau-frère, neveux et nièces ; chacun est investi. La petite entreprise promet de faire un beau pied de nez à la crise.

Le brevet déposé, notre inventeur a tapé aux portes. Ministère de l'agriculture : "Les ingénieurs du Cirade (*) m'ont apporté leur concours". Ensuite, le conseil régional. Fin mars, Jean-Claude Rey bouclait son deuxième voyage au Burkina Faso avec une délégation rhônalpine. "Nous avons rencontré les autorités locales, des maraîchers et des financeurs". Résultats : les perspectives s'annoncent très positives. Danone est aussi sur les rangs via sa branche Communities. Autant de contacts qui devraient sous peu déboucher sur du concret, auxquels s'ajoutent ceux, très nombreux glanés au cours du salon des inventions de Genève. Commentaire de l'intéressé : "Incroyable !"

Mais l'homme est prudent. "Il ne faut pas seulement apporter un outil pour améliorer les conditions de vie dans ces communautés de maraîchers mais s'inquiéter de la manière dont il va être exploité". Dans sa tête, le souci d'apporter un "plus" et non pas un élément de déstabilisation qui profiterait à quelques individus et pas la communauté. Car ce jardin pour être véritablement extraordinaire doit porter une ambition humanitaire.

 

Au-delà de la production maraîchère, les tours intéressent des organisations non gouvernementales : ce pourrait être un bon moyen de cultiver rapidement et localement de la spiruline, dans les pays qui souffrent de malnutrition. Cette micro-algue riche en protéines peut produire d'efficaces compléments alimentaires.

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante

up

Contact pour envoyer votre contribution:  < lreyam <(at)> gmail.com > R.Mayerl

(fichiers word, pdf, , textes, images, vidéos, références, contacts, bibliographie, lien ... )Précisez bien la page (titre, dossier, adresse URL via "Propriétés" dans votre navigateur)

 
 Vos commentaires :

 





 

up