http://www.habiter-autrement.org News > Genre habitat 

Tendances


 

Précédente Accueil Remonter Suivante

   

Charte des transports au féminin

" FEMME en MOUVEMENT
les transports au féminin "

 

Pour une prise en compte des attentes des femmes dans la conception des matériels roulants

Le 29 octobre 1998, à l'occasion du congrès de l'UTP à Orléans, l'association "Femmes en mouvement, les transports au féminin" a signé une charte avec les sociétés Alstom, Heuliez bus, Lohr industrie, Matra transport international, Mercedes-Benz-Evobus et Renault V.I..

Cette "Charte des transports au féminin" affirme "leur volonté commune de coopérer dans un souci d'apporter des réponses aux attentes de la clientèle féminine." Concrètement, "Femmes en mouvement", représentant les femmes dans le transport public, et les industriels signataires créent une passerelle d'échange d'informations. Un seul but : adapter le matériel aux attentes des femmes en matière de confort, d'accessibilité, de sécurité, de respect de l'environnement, sachant que ces améliorations profiteront à l'ensemble des usagers

Etant établi, en préambule que

les deux tiers des clients actuels sont des clientes ;

- l'Association FEMMES en MOUVEMENT - qui s'est créée à partir d'un double constat : la forte représentation des femmes dans la clientèle du transport public mais leur très faible représentation dans les instances de décision - a retenu comme un de ses axes de travail la recherche d'une meilleure prise en compte des attentes des femmes dans la conception des matériels de transports urbains ;

- la conception d'un véhicule de transport dépasse la réalisation d'un simple objet technique.

Considérant par ailleurs que

- l'adaptation des matériels aux attentes des femmes est une nécessité pour maintenir et développer la fréquentation du transport public ;

- les femmes ont un rôle de prescripteur important auprès de leur entourage, notamment des enfants, mais elles interviennent aussi en tant que porte-parole des personnes qui rencontrent des difficultés dans la quotidienneté, notamment les personnes âgées ;

Cette adaptation constituera une amélioration générale des réseaux de transport public qui profitera à tous les usagers.

L'Association FEMMES en MOUVEMENT, les transports au féminin et les industriels constructeurs de matériels roulants affirment ici leur volonté commune de coopérer dans un souci d'apporter des réponses aux attentes de la clientèle féminine et conviennent ensemble de ce qui suit.

Les industriels signataires et l'Association FEMMES en MOUVEMENT s'engagent à échanger régulièrement en organisant des rencontres périodiques et en mettant en commun les informations nécessaires à leur réflexion.

Ces échanges pourront se concrétiser également sous la forme de participation de l'Association FEMMES en MOUVEMENT au moment de la recherche et de la conception de produits nouveaux, notamment sur les aspects :

- de la sécurité ;
- de l'accessibilité ;
- de la configuration intérieure ;
- du respect de l'environnement.

L'Association FEMMES en MOUVEMENT mettra à la disposition des industriels signataires des informations sur les attentes des femmes à partir des travaux que l'association conduit, des informations qu'elle recueille de l'expérience personnelle et professionnelle de ses adhérentes et du réseau européen qu'elle a initié et auquel elle participe.

Les constructeurs s'engagent à aborder, sans a priori, -à travers ces modalités d'échange et de coopération- la conception des matériels roulants tant du point de vue de l'accessibilité, du confort que de l'urbanité, c'est-à-dire tous les éléments de l'ordre du sentiment de sécurité, du confort psychologique qui sont partie intégrante d'un bon vécu du voyage.

L'Association et les constructeurs de matériels roulants s'engagent également à faire connaître leur coopération de façon générale ainsi que chaque fois que des actions concrètes sont engagées.

17 rue Jean Daudin - 75015 PARIS

http://www.gart.org/

Les femmes représentent la moitié de la population et les deux tiers de la clientèle des transports publics. Pourtant, elles sont presque totalement absentes du monde professionnel des transports, qu'il s'agisse des niveaux de décision (élus, entreprises, fonctionnaires, experts...) ou de réalisation. Même dans les associations d'usagers, les femmes sont très nettement minoritaires !

De ce constat, est née l'association " FEMMES en MOUVEMENT, les transports au féminin " lors du congrès du Groupement des Autorités Responsables de Transport sur le thème " Qui décide ? ", à Nantes, en 1993.

L'association agit pour que les femmes puissent faire entendre leur point de vue dans le monde des transports publics, mais aussi pour que les transports publics soient pris en compte quand il est question du rôle des femmes dans l'aménagement du territoire ou de la ville.

L'association est intervenue dans différents domaines : pratiques professionnelles, animation dans les colloques nationaux, interventions dans des colloques internationaux, articles dans la presse spécialisée ou généraliste, contacts avec les responsables des questions d'égalité des femmes.

Pratiques professionnelles

Très peu de données statistiques sur les femmes et le transport public étaient disponibles, qu'il s'agisse de la présence des femmes dans les professions du transport ou des comportements des femmes dans leurs déplacements. Aussi notre action a-t-elle porté sur une amélioration du système de recueil et d'exploitation statistiques.

Depuis l'année 1995 :

Les statistiques nationales sur les réseaux de transport public urbain fournissent des données sur l'emploi des femmes dans les réseaux.

Les enquêtes auprès des ménages sur leurs déplacements, réalisées dans la plupart des grandes agglomérations sont systématiquement exploitées selon le sexe.

Des recommandations sont faites pour que les enquêtes locales soient également conçues et exploitées de façon à améliorer la connaissance des comportements des femmes et des hommes.

Des enquêtes spécifiques sur les attentes des femmes et leurs comportements sont menées par l'association en liaison avec d'autres organismes.

Animation et interventions dans des colloques nationaux et internationaux, rencontres,

 

-----------------------------------------

Transport et parité des sexes
Chantal Duchène 2011


Alors que la prise en compte du genre progresse dans différents domaines, elle peine à pénétrer le secteur des transports. Or, que ce soit dans les pays développés ou dans ceux en voie de développement, nos sociétés sont sexuées en ce sens que la place des femmes et des hommes est différente, notamment du fait que les tâches domestiques et de soins aux enfants sont majoritairement supportées par les femmes, réduisant d’autant le temps disponible pour les activités qui leur incombent et les déplacements nécessaires à la réalisation de ces activités.
Les politiques d’aménagement, de développement, d’emploi ou encore de santé, doivent intégrer la question des déplacements. De plus, pour réussir, il est indispensable de se
préoccuper d’intégrer la question du genre dans les politiques liées à la mobilité et aux
transports.
Aujourd’hui, ce ne sont plus seulement les organisations non gouvernementales féminines qui insistent sur ce point, mais bel et bien l’ensemble de la communauté. Il n’est donc pas surprenant que ce thème soit aujourd’hui approfondi par le Forum international des transports qui a commandité ce rapport.
Le rapport s’organise autour d’un état des lieux, de la présentation de bonnes pratiques et de recommandations. Le rapport s’intéresse à la fois aux pays développés et aux pays en voie de développement, aux zones urbaines et aux zones rurales, aux infrastructures et aux services.

https://www.itf-oecd.org/sites/default/files/docs/dp201111f.pdf
http://www.internationaltransportforum.org/jtrc/DiscussionPapers/jtrcpapersfr.html

WOMEN ON THE MOVE, TRANSPORT FOR WOMEN!
The article argues that since women account for half the world's population and make up two thirds of public transit customers, yet they are seldom found in professional mobility circles, which means that decisions made by men often favor technical standpoints and hard technology aspects, whereas women users are more sensitive to soft aspects and service quality. The article looks at the GART conference "Femmes en mouvement, les transports au feminin". The conference's aim is for women's needs to be better integrated into travel policies, particularly in public transport.
https://trid.trb.org/view/750328

 

Femmes, Transports et Villes
Elisabeth Dupont-Kerlan et Hélène Fontaine

Nous nous déplaçons tous. Il existe une diversité dans les formes de déplacements, à courte distance, de manière quotidienne, à longue distance, de manière moins fréquente. Les femmes et les hommes se déplacent-ils de la même manière ? Pour les mêmes motifs ? En choisissant les mêmes modes ?

Cette communication a pour objet de présenter les différences selon le genre concernant les déplacements et les transports en ville. Elle ne vise pas à l’exhaustivité sur un sujet complexe, mais insiste sur les éléments les plus caractéristiques de cette différence. Nous examinerons plus particulièrement la mobilité urbaine et quotidienne, ainsi que les effets en termes de sécurité routière. Une analyse de l’évolution de ces pratiques de mobilité et de leurs conséquences sera également présentée.

LA MOBILITE DES HOMMES ET DES FEMMES
Les données sur la mobilité sont fournies par les enquêtes nationales sur les transports réalisées par l’INRETS et l’INSEE (1981-1982 et 1993-1994). Les principaux indicateurs concernent le nombre de déplacements et la distance parcourue.

Principaux indicateurs
1 Gallez C. – Orfeuil J-P. – Polachinni A., « L’évolution de la mobilité quotidienne : croissance ou (...)
Les principales évolutions de la mobilité selon le genre sont les suivantes1 :

le nombre de déplacements par personne ne varie guère dans le temps, ni d’un genre à l’autre (3,2 déplacements par jour en moyenne) ;
le budget temps de transport quotidien est globalement à peu près stable : celui des femmes s’est accru entre 1981 et 1993 (51 mn) mais reste inférieur à celui des hommes ;
de manière plus significative, la distance moyenne des déplacements des femmes a augmenté. Cette évolution est vraie tant pour les femmes actives (+ 47 %) que pour les femmes au foyer (+ 50 %).
Choix modal
Papon F., « Les modes oubliées : marche, bicyclette, cyclomoteur, motocyclette », Recherche Transp (...)
5De manière générale, l’usage de la marche à pied décroît, même si plus récemment on observe une stabilisation, voire une augmentation, dans certaines agglomérations de province2. La marche est le mode le plus féminin, alors que le « deux roues » est le mode le plus masculin.

Gallez C. – Orfeuil J-P. – Polachinni A., op.cit.
L’augmentation des distances s’est accompagnée d’une croissance de l’usage de la voiture, notamment en tant que conducteur, tant chez les femmes actives que chez les femmes au foyer ; on note également une augmentation de l’usage des transports collectifs chez certaines catégories (jeunes, femmes de plus de 40 ans)3.

Dahchour M. – Fontaine H. – Lassarre S., Mesure de l’exposition au risque des automobilistes, rapp (...)
La part des kilomètres parcourus par des conductrices est passée de 26 % en 1981-1982 à près de 34 % en 1993-1994 (tableau 1). La part des trajets effectués par les conductrices passe de 35 % en 1981-1982 à 44 % en 1993-1994. Les femmes représentent 43 % des conducteurs réguliers ou occasionnels en 1993-1994, elles étaient 38 % 12 ans auparavant. Les trajets des femmes sont plus courts (9 km en moyenne contre près de14 km pour les hommes en 1993-1994) et les vitesses moyennes de parcours sont moins élevées (35.8km/h pour les femmes et 42.5km/h pour les hommes). Ceci reflète la fréquence plus élevée des trajets urbains chez les conductrices. Ainsi, l’analyse de l’enquête par panel de la SOFRES sur l’utilisation du parc automobile en 1984 montre que 35 % du kilométrage des voitures dont le conducteur principal est une femme est effectué en ville, alors que lorsque le conducteur principal est un homme, les véhicules ne font que 30 % de leurs kilomètres sur le réseau urbain. Lorsque les trajets sont de même longueur, les vitesses moyennes de parcours sont du même ordre de grandeur pour les conducteurs et pour les conductrices.

Motifs de déplacement
Les motifs de déplacement évoluent dans le sens d’une baisse des motifs domicile-travail et une hausse des motifs loisirs. Pour les femmes, les motifs accompagnement et achats sont plus importants.

Si l’on considère le mode automobile, il apparaît que les motifs de déplacement sont très différenciés selon le sexe du conducteur : 15 % des trajets féminins ont pour motif l’accompagnement d’un enfant alors que ce type de trajet ne représente que 5 % des trajets masculins (figure 1). La distance moyenne d’un trajet lors de l’accompagnement d’un enfant est de 4.8 km si une femme conduit et 6.4 km si c’est un homme. C’est le motif de déplacement pour lequel les distances sont les plus faibles.

Les trajets liés au travail (domicile-travail et déplacements professionnels) sont peu différents en fréquence chez les hommes et les femmes, mais les distances moyennes parcourues sont plus élevées chez les hommes que chez les femmes (respectivement 13 km et 9 km pour se rendre sur un lieu de travail fixe en 1993-1994).

Permis de conduire
Fontaine H. – Hubert J.P., « Évolution de l’usage de l’automobile et du risque d’accident », Reche (...)
11Le rapport à l’automobile

La mobilité des femmes s’est rapprochée de celle des hommes. Cependant, elles sont moins souvent conductrices quand elles utilisent une voiture (choix réel ou choix subi ?) et elles représentent 2/3 de la clientèle des transports collectifs urbains en France comme dans d’autres pays européens8.

Predali F., Modes de vie et mobilité des femmes. Note de synthèse, INRETS, 2001.
16Une analyse de l’enquête globale transport Ile de France, menée à l’INRETS, montre que les femmes privilégient les transports collectifs à 50 % (30 % pour les hommes)

Gart, Des idées aux solutions : les transports urbains de demain vus par les hommes et les femmes (...)

Une enquête menée auprès de femmes et d’hommes dans neuf villes européennes a cherché à définir des solutions susceptibles de répondre aux attentes des usagers des transports urbains de surface.10 Les femmes expriment des différences en matière d’attentes et de perception. Mieux informées, utilisatrices plus fréquentes, elles se déclarent plus satisfaites de l’usage. Elles souhaitent une amélioration de l’accessibilité (espace d’attente, accès au véhicule, station debout...) également des services (coin poussettes, deuxième personne à bord...). Elles semblent plus sensibles à l’insertion des transports dans la ville.

https://books.openedition.org/pufr/366?lang=fr

 

Précédente Accueil Remonter Suivante

up