http://www.habiter-autrement.org News >

Tendances
   

.... à propos de la prostate

 

Le cancer de prostate est une cause fréquente de mortalité par cancer chez l'homme après 55 ans. Il est important d’en faire le diagnostic lorsque que le cancer risque d’être trop rapidement fatal au patient. L’espérance de vie des hommes étant de 84 ans voire plus, le diagnostic du cancer de prostate est fondamental à 50 ou 60 ans car le cancer est souvent agressif et le patient a encore une trentaine d'années à vivre. En revanche, il est inutile de faire la preuve du cancer chez un patient de 85 ans, ne se plaignant de rien et dont le décès sera obligatoirement consécutif à une autre cause que le cancer de prostate

 

Tout sur la prostate ! sur France Inter - 51' - Organe tabou, méconnu, essentiel à la reproduction, à la sexualité … Professeur François Desgrandchamps, chirurgien-urologue, La prostate, on en parle ed. Hachette
https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/

 

Tout ce qui est bon pour le coeur est bon pour la prostate

Etre viril, est-ce seulement pénétrer? - 3'- 26 mars 2018
https://www.franceinter.fr/emissions/la-petite-philo/la-petite-philo-26-mars-2018

Prostatectomie radicale - la vie après
http://www.urinaire.com/parcours%20du%20combattant.html

 

  Carcinome-de-la-prostate.pdf

  Le-cancer-de-la-prostate.pdf

  Prostate-diagnostic.pdf

 

Le traitement par ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) est un traitement local du cancer de la prostate non métastatique, c’est-à-dire qu’il permet d’agir directement sur la prostate et de traiter la tumeur. Ce traitement est proposé en France depuis 1995. On parle aussi d’Ablatherm, du nom commercial de la machine utilisée en France.
http://www.urofrance.org

Depuis 2013, une nouvelle option thérapeutique dans le traitement des cancers localisés de la prostate agite la discipline. Le dispositif médical, fruit de la collaboration entre 2 unités Inserm et l’industriel EDAP TMS, repose sur l’utilisation d’ultrasons. Le Focal One utilise la méthode de traitement HIFU (Ultrasons Focalisés à Haute Intensité). En plus, d’être non invasive, cette technique permet de focaliser les ultrasons de haute intensité sur une zone bien définie de la prostate. La température au point ciblé va s’élever jusqu’à détruire les cellules, sans endommager les tissus sains proches.
https://www.prostate.fr/cancer-prostate-traitement-revolutionnaire/ 

 -----------------------------------------------------------------------------------

 

Cancer de prostate - Explications, statistiques
http://urologue-vogt.fr/prostate/prostateKP.htm
Le PSA
ou encore « antigène spécifique de la prostate » est une protéine normalement présente dans la prostate et régulièrement libéré dans le sperme pour le liquéfier. Il est également présent normalement dans le sang mais en quantité infime : Le chiffre habituel de PSA chez un patient normal et de l’ordre de 1 à 4 ng/ml. Il faut savoir de le taux de PSA peut prendre des valeurs assez importantes comme deux ou cinq mille. L'interprétation d'un taux de PSA supérieur à 4 n'est donc pas toujours aisé d’autant qu’il se situe entre 4 et 20 - Ce qui correspond malheureusement aux cas les plus fréquents. En effet, un taux à 10 peut être le signe d'une infection de la prostate (prostatite) ou d'un adénome de la prostate ou encore d'un cancer de prostate. Ces chiffres sont naturellement à interpréter en dehors de toute prostatite. En effet dans la prostatite, il est inutile de doser le PSA car la prostate étant en période d'inflammation complète, le PSA est largement rejeté dans le sang et le chiffre de PSA peut prendre n’importe quelle valeur.

Le toucher rectal
Après l'introduction douce d'un doigt dans le rectum, le toucher rectal permet d’analyser la taille et la consistance de la prostate. Le cancer de prostate se révèle le plus souvent par un nodule dur comme de la pierre alors que la prostate normale a la consistance d'une balle de caoutchouc. Cet examen est indolore et pratiqué sans anesthésie.

L'échographie de la prostate
L'échographie permet une analyse fine de sa structure et le repérage précis de nodules suspects. L’image est nettement plus fiable après introduction d'une sonde spéciale dans l’anus (voie endo-rectale). Cet examen est indolore et pratiqué sans anesthésie.

Le PSA libre
Un fraction spéciale du PSA appelé PSA libre (à la différence du PSA lié aux protéines du sang) permet de déterminer un rapport PSA libre sur PSA total dont le pourcentage évoquera avec plus ou moins d’incertitude un cancer de prostate. Un rapport inférieur à 15 % est plus en faveur du cancer.

Les biopsies de prostate
Cet examen se fait sous anesthésie locale le plus souvent par l’anus (voie endo-rectale). L’aiguille à prélèvements passant au travers de la paroi du rectum et risquant de disséminer des bactéries dans la prostate (risque de prostatite), le patient devra prendre un antibiotique deux heures avant l'examen afin d'être « imprégné » par ce médicament qui diminuera le risque de prostatite. En cas de prostatite après biopsie, il est impératif de se faire hospitaliser le plus rapidement possible.
Les résultats récupérés 10 jours plus tard confirmeront ou non la présence du cancer de prostate. Il faut bien comprendre que ces prélèvements sont statistiques et que l’aiguille peut très bien passer à côté d'un petit cancer. Les biopsies négatives signifient donc qu'il n'y a pas actuellement de gros cancer évident mais ne permettent pas d'éliminer absolument la présence d'un cancer. La surveillance du patient reste donc importante en cas de biopsies négatives.
En cas de positivité, il est important de préciser l'agressivité du cancer. On donne une note au cancer (le Gleason). Le plus souvent, la note est de 6/10 et le reste est à 7/10. Les notes de 8 à 10 sont plus rares et les tumeurs sont agressives.

Le scanner abdomino-pelvien
Cet examen consiste à injecter dans une veine du coude un produit iodé opaque aux rayons X. Le patient doit être a jeun car des réactions allergiques peuvent survenir. Lors de l’examen, le patient est placé au sein d'un tube autour duquel tourne un appareil de radio réalisant des coupes successives de son ventre. Cet examen permet l'analyse de la prostate et la vessie mais surtout recherche des ganglions le long des vaisseaux iliaques et de l'aorte. Seuls les ganglions dépassant un centimètre mous apparaissent suspects. Naturellement, les autres organes comme le foie sont analysés mais sont des organes rarement touchés par un cancer de prostate débutant. Les photographies ci-dessous montrent le scanner normal d'un patient présentant une prostate augmentée de volume.

L'IRM de la prostate
Cet examen consiste à préciser le développement du cancer au sein de la prostate et tente d'estimer le risque de débordement en dehors de la capsule prostatique. Il nous indiquera ainsi s'il faut passer plus largement du coté droit ou gauche.
C'est le plus souvent la prostate périphérique (la couche externe) qui renferme les cancers et elle est bien visible en IRM. Une IRM par voie rectale permet une meilleure appréciation de l'extension locale du cancer.
http://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/sa_513_cancer_prostate_03.htm

La scintigraphie osseuse
Cet examen permet de visualiser le squelette en injectant chez le patient une dose très faible d'un produit radioactif (traceur). Celui-ci se localise préférentiellement au niveau des os. Toutes régions malades de l’os aura alors tendance alors à retenir le traceur. Cet examen est donc très sensible mais assez peu spécifique puisqu'une quelconque maladie osseuse entraînera une fixation qu’il nous faudra interpréter. Cet examen est fait sans anesthésie. Il est indolore et la dose de traceur radioactif n'est pas dangereuse pour la santé. Ce traceur est rapidement éliminé dans les urines.

Les risques de la prostatectomie totale - La récidive - L'incontinence - Les troubles de l'érection - Le saignement - Le rétrécissement de l'urètre - L'évolution du cancer non traité ou résistant au traitement
http://urologue-vogt.fr/prostate/prostateKP.htm

----------------------------------------------------------------------------------------

 

Hypertrophie bénigne de la prostate - Plusieurs fabricants commercialisent des produits contenant un mélange de plantes médicinales : palmier nain, pygeum, racines d’ortie et graines de citrouille.
http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/

Sabalasan Prostate 1
Utilisé en phytothérapie pour soulager les symptômes urologiques associés à l'hypertrophie bénigne de la prostate, légère à modérée tel que la diminution de l’écoulement de l’urine, la miction incomplète, la polyuries nocturnes et diurnes.
http://www.avogel.ca/fr/shop/natural_remedies/sabalasan.php

Faire un bilan serologique (chlamydia+VIH+syphilis)  une echographie de la prostate (dans laquelle on verifiera aussi les deux reins et la vessie)
http://forum.doctissimo.fr
*Infection urinaire ;
*Calcul de la voie urinaire ;
*Tumeur de la vessie ou des voies excrétrices ;
*Adénome de la prostate ;
*Tumeur du rein ou de la prostate.
examen spécifique des reins et de l'arbre urinaire, que l'on appelle une urographie ou une échographie rénale. On pourrait aussi procéder à un examen de la vessie à l'aide d'un scope, petit tuyau flexible muni d'une lumière à l'une de ses extrémités, introduit par l'urètre.

Sang dans l'urine : QUEL EST LE TRAITEMENT ?

Infection urinaire

Le médecin prescrira généralement des antibiotiques en comprimés. Plus rarement, des antibiotiques par voie intraveineuse peuvent être nécessaires.

Pierre au rein (calculs rénaux)
S'ils sont petits, on peut espérer une expulsion naturelle par une hydratation abondante. Sinon, une technique spécifique (extraction avec instrumentation par voie naturelle, éclatement par laser, exérèse chirurgicale) devra être utilisée pour évacuer la pierre.

Hyperplasie bénigne de la prostate
Le médecin recommandera des médicaments en comprimés ayant pour but de réduire le volume de la prostate et de maîtriser l'ensemble des symptômes. Pour les cas importants, une chirurgie pourra être proposée.

Traumatisme
Selon le traumatisme subi, le médecin prescrira un traitement de soutien (repos et analgésiques) jusqu'à la guérison ou recommandera une chirurgie.

Inflammation du rein (glomérulonéphrite ou néphrite)
Dans la plupart des cas, le traitement de soutien (repos et analgésiques) est suffisant. Parfois on proposera une biopsie rénale pour préciser la cause de la néphrite et ainsi la traiter plus spécifiquement.

Tumeur dans l'appareil urinaire
Le médecin proposera une chirurgie d'exérèse (ablation), qui varie selon la localisation de la tumeur.
Cancer de la vessie
http://www.bonjour-docteur.com/
 

----------------------------------------------------------------------------------------

 

Vessie

Un adulte produit normalement entre 1 et 2 litres d'urine par repas et se soulage en moyenne 4 à 6 fois par jour. Idéalement, il devrait pouvoir passer la nuit sans se lever pour se rendre aux toilettes, car la quantité d'urine excrétée pendant la nuit est de 2 à 4 fois inférieure à celle produite en journée. Toutefois, s'il se réveille régulièrement ou systématiquement pour uriner pendant la nuit, il est peut-être atteint de nycturie, un trouble mictionnel caractérisé par des émissions d'urine qui ne diminuent pas ou peu pendant la nuit ou sont même plus abondantes que pendant la journée. Cette affection complexe touche autant les hommes que les femmes et s'intensifie avec l'âge.

Convaincus, à tort, que la nycturie n'est qu'une conséquence normale et inhérente au vieillissement (hyperactivité de la vessie, hypertrophie de la prostate...), la plupart des patients ne consultent pas leur médecin généraliste. Pourtant, celui-ci est parfaitement à même de déterminer si le problème est lié à une maladie sous-jacente et peut, moyennant un traitement adapté, soigner la maladie et tenter de résoudre le problème.
http://www.e-sante.fr/

Si la nycturie n'est pas liée à une maladie sous-jacente (cancer, diabète, insuffisance rénale, affection cardiaque...), le médecin conseillera au patient d'adapter ses habitudes alimentaires et la prise de boissons comme suit:
- boire suffisamment en journée (1 à 2 litres), surtout le matin et en début d'après-midi;
- limiter la prise de liquides quelques heures avant de se coucher;
- ne pas manger trop tard le soir, car le processus de digestion stimule la production d'urine;
- limiter la consommation d'alcool et de caféine (café, thé) plusieurs heures avant de se coucher.

Il peut s'agir d'une vessie vieillissante, d'une vessie hyperactive (c'est-à-dire une vessie qui se contracte trop souvent ou d'une mauvaise façon), d'un problème d'inflammation ou d'irritation des tissus, d'un blocage ou d'un dysfonctionnement de l'urètre qui empêche la vessie de se vider complètement. Ce peut aussi être la conséquence d'une maladie.
 

 


up

 Contact pour envoyer votre contribution:  < lreyam <(at)> gmail.com >